Lettre ouverte à Monsieur François Hollande, Président de la République, concernant l’enseignement de l’informatique

Monsieur le Président,

L’informatique a donné naissance à une industrie du même nom, puis à une culture qui a pris une place considérable dans notre société, le numérique. La politique volontariste, la formation au numérique et par le numérique, que vous avez voulue, a pour but d’accompagner l’entrée de notre pays dans le monde du numérique. Cette politique n’a une chance de réussir que si elle s’accompagne d’un développement massif de l’enseignement de l’informatique qui est la clé de la compréhension du monde numérique en construction.

Mais, au-delà de cette nécessaire compréhension par chaque citoyen du monde dans lequel nous vivons, la France doit aussi former des ingénieurs et des scientifiques qui ne sachent pas seulement utiliser des outils numériques mais qui sachent aussi en développer. Il en va de la compétitivité de nos entreprises. Il en va de notre capacité à rester à la pointe de l’innovation. Il en va du combat essentiel que vous menez pour l’emploi.

Vos homologues chefs d’état et de gouvernement Barack Obama et David Cameron se sont exprimés publiquement pour inciter leurs jeunes compatriotes à apprendre à programmer, à apprendre l’informatique. Ce mouvement se renforce dans de nombreux pays, en Finlande, en Israël, en Corée, etc. La France ne peut pas rester à la traîne.

Un enseignement a été créé à la rentrée 2012 en terminale S et des initiatives importantes ont été prises récemment par le ministre de l’Éducation nationale, notamment pour les classes préparatoires aux grandes écoles. Mais cet effort ne suffira pas à placer notre pays dans le peloton de tête des nations qui décideront de l’innovation. Cet enseignement est notoirement fragilisé par la pénurie d’enseignants bien formés en informatique. Cela ne peut surprendre, il s’agit là d’un effort considérable à réaliser dans des temps de contraintes budgétaires. C’est bien pourquoi seule une parole publique forte peut permettre de donner sa dimension nécessaire à un tel programme.

Monsieur le Président, nous comptons sur vous. Vous pouvez décider

  • d’accorder à l’informatique sa place dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture de l’Éducation nationale,
  • de faire entrer l’informatique en tant que discipline à part entière dans le système éducatif français, avec des initiations à l’école primaire et une entrée dès le collège,
  • de créer un Capes et une agrégation d’informatique, et ainsi un corps enseignant de jeunes diplômés en informatique issus de nos universités et de nos écoles.

L’enseignement de l’informatique peut et doit devenir le fleuron de l’éducation nationale, l’étendard de votre action de modernisation de notre pays.