“Le marteau a perdu son maître….” Pierre Boulez n’est plus

“Le marteau a perdu son maître….”   Pierre Boulez n’est plus.

Brillant lycéen, bachelier à 15 ans, le jeune Pierre quitte sa prépa math sup lyonnaise pour intégrer la classe d’Olivier Messiaen au Conservatoire National de Paris.

La puissance intérieure de sa passion musicale alliée à sa formation en feront un compositeur précurseur pour ce qui est de l’utilisation de l’informatique : il associe création musicale, formalisation mathématique et techniques “numériques”, expérimentant la composition avec des logiciels.

Cultivant son lien avec l’esprit mathématique, il cherche à inscrire la musique dans la science : ainsi, il aborde la rythmique via la modélisation mathématique basée sur une approche sérielle. Sa fascination pour les mathématiques transparaît dans toute la rythmique de son oeuvre. Son ouverture et son inventivité s’illustrent dans son recours à des dispositifs de spatialisation, ordinateurs, bandes,… dans l’écriture de certaines de ses œuvres.

Pierre Boulez, brillant compositeur, célèbre chef d’orchestre, sera aussi à l’origine de diverses institutions qui bousculent la vie musicale, dont l’IRCAM, l’lnstitut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique, qu’il accepte, à la demande du président Pompidou, de fonder et de diriger : cet institut, qui héberge nos collègues de l’UMR CNRS 9912 STMS ( Sciences et Technologies de la Musique et du Son), associe en son sein musiciens, musicologues, informaticiens,… en une très originale et très riche recherche transdisciplinaire.

Posted in Actualités, Actualités 2016.