separateur

  • 26 novembre 2021
    Congrès des 10 ans de la SiF : 14-15 juin 2022
    La Société informatique de France vous invite à célébrer ses 10 ans ! Rendez-vous les mardi 14 et mercredi 15 juin 2022 au Cnam, à Paris. Plus d'informations sur le programme et le lien d'inscription à venir.

  • 26 novembre 2021
    Combien d'agrégés d'informatique en 2022 ?
    Le nombre de places ouvertes aux concours d'agrégation  a été publié ce jour au journal officiel. Pour cette première édition, le corps des agrégés pourra accueillir 20 informaticiens.    

  • 19 novembre 2021
    Ouverture inscriptions école de médiation
    «  Inscrivez-vous, qu’ils disaient ! À quoi ? À l’édition 2021-2022 de l’école de médiation scientifique en informatique et mathématiques organisée par la fondation Blaise Pascal et les sociétés savantes d’informatique et de mathématiques***.

    Vous êtes ingénieur(e), chercheur(e), enseignant(e) en informatique ? Devenez à votre tour passeur de sciences et construisons ensemble de nouveaux objets de médiation scientifique !

    Après un webinaire le 15 décembre matin pour découvrir les ateliers proposés, et explorer les diverses facettes de la médiation scientifique, venez vous former à Paris les 8, 9 et 10 mars avec des professionnel(le)s de la médiation scientifique.

    Renseignements, tarifs et inscription sur : https://www.societe-informatique-de-france.fr/mediation/ecole-mediation-scientifique-en-informatique-et-mathematiques-2021

    *** la société informatique de France, la Société Française de Statistique, la Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles et la Société Mathématique de France et la fondation Blaise Pascal »

  • 22 octobre 2021
    Agrégation d'informatique : dernières nouvelles du concours

    Voici le message diffusé par Sylvie Boldo, présidente du jury de l'agrégation d'informatique.

    Bonjour, Ce message concerne l'agrégation d'informatique. Vous pouvez sans hésitation le transmettre à toute personne intéressée. Comme vous le savez, la première agrégation externe d'informatique s'ouvre en 2022. Les inscriptions sont (nécessaires et) ouvertes sur https://www.devenirenseignant.gouv.fr/ jusqu'au 17 novembre à 17h. De plus, le jury a ouvert un site lui permettant de diffuser des éléments d'information. Ce site n'a pas de caractère officiel mais permet une communication plus rapide que le site devenirenseignant.gouv.fr, qui seul fait foi. https://agreg-info.org/ Vous y retrouverez en particulier : - la liste des leçons, - les sujets 0 des épreuves 1 et 2, - une foire aux questions, et un moyen de proposer des questions pour inclusion dans la FAQ. Nous avons également créé une liste de diffusion pour les futures informations concernant cette agrégation : https://groupes.renater.fr/sympa/info/agreg-info Cette liste n'a pas vocation à être un lieu d'échange, mais un outil de communication type "newsletter". J'en profite pour remercier sincèrement l'engagement de toute la communauté informatique, tant universitaires qu'enseignants de CPGE, qui s'est mobilisée dans des délais très courts autour de cette agrégation. Un grand merci en particulier à celles et ceux qui ont été impliqués dans tous les travaux préparatoires, maquette, programmes, sujets 0 et liste de leçons. Et un grand merci à celles et ceuxqui sont impliqués dans les préparations à l'agrégation, qui ont été montées de toutes pièces en quelques mois. La formation des candidates et candidats est évidemment primordiale dans le succès de ce concours, et plus généralement de l'enseignement de l'informatique. Bien cordialement, Sylvie Boldo

  • 17 octobre 2021
    Ouverture des candidatures pour le prix science ouverte du logiciel libre de la recherche

    Le prix science ouverte du logiciel libre de la recherche veut mettre en valeur les projets et les équipes qui œuvrent au développement et à la diffusion des logiciels libres, et qui contribuent à la construction d’un bien commun de première importance. L'objectif est de reconnaître la contribution importante que constitue la production de logiciels libres et d’attirer l’attention de la communauté scientifique sur des réalisations d’exception ou très prometteuses, permettant de donner de la visibilité à des productions qui peuvent servir de modèle pour les prochaines générations de chercheurs et ingénieurs.

    Le dépôt des candidatures est ouvert. Les informations concernant ce prix se trouvent ci-dessous :


  • 24 septembre 2021
    Open science : deux nouveaux prix nationaux sur les données et les logiciels libres de la recherche
    Un "prix science ouverte données de la recherche" et un autre "logiciel libre de la recherche" sont lancés le 21 septembre 2021 par le CoSO (Comité pour la science ouverte), conformément à ce qui avait été annoncé par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation dans le deuxième plan national pour la science ouverte, en juillet dernier. L’ouverture de ces prix est prévue début octobre pour une remise en février 2022.

    Le prix sur les données de la recherche vise à récompenser "l’effort d’équipes et de jeunes chercheurs engagés dans des pratiques exemplaires de structuration, description, interopérabilité et de mise en visibilité". Il s’agit ainsi de distinguer "des pratiques mises en œuvre en matière de préparation et de réutilisation des données, notamment de données à la frontière de plusieurs disciplines".

    Le prix sur les logiciels libres de la recherche  fait référence à "une activité complexe, qui touche à plusieurs expertises", scientifiques et techniques. Il faut mobiliser "une communauté active de contributeurs et utilisateurs" et "fournir une documentation qui facilite l’usage et l’appropriation des logiciels".


  • 15 septembre 2021
    La SIF participe au 60ème anniversaire de l'IFIP !
    La SIF participe au 60ème anniversaire de l'IFIP en tant que membre du consortium français de l'IFIP (regroupant le CNRS, l'INRIA, l'IMT et la SEE). A ce titre, les journées SIF recherche sur la sécurité du 14 et 15 octobre sont estampillées #IFIP60 ! Voir toutes les informations sur le site du jubilé : https://ifip.org/jubilee60/.

  • 23 juillet 2021
    Agrégation d'informatique : préparations ouvertes à la rentrée 2021
    La liste des préparations à l'agrégation ouvertes à la rentrée 2021 avec les adresses des contacts est désormais disponible sur la page dédiée sur notre site.

  • 21 juillet 2021
    Journées sécurité : deux matinées les 14 et 15 octobre en virtuel
    La SiF vous invite à participer à deux matinées les 14 et 15 octobre, en virtuel, pour faire l’état des lieux sur les plateformes matérielles pour la sécurité. À cette occasion, des exposés académiques pour connaître l’état de l’art auront lieu, mais aussi des industriels qui feront des retours sur l’utilisation de ces technologies.  Dates : 14 et 15 octobre de 9h à 12h, en virtuel Pour plus d'informations :   https://www.societe-informatique-de-france.fr/les-journees-sif/journees-securite-14-et-15-octobre/

  • 21 juillet 2021
    Découvrez la dernière Lettre d’Information de la SiF !

    La Lettre d’Information de la SiF n°23 est sortie !

    À la une :

    • Le Prix de thèse Gilles Kahn 2021, candidatez !
    • Le droit de réponse de la SiF à France Inter pour un article publié sur la spécialité NSI au lycée
    Et bien sûr, l’agenda de la SiF, qui répertorie les événements qui seront organisés tout au long de l’année : Bonne lecture et bel été !

  • 30 juin 2021
    Le jury de l'agrégation d'informatique a une présidente !
    Comme nous l’avions annoncé le 14 juin dernier, la création du concours a été publiée au JO du 13 juin 2021. Le concours comporte trois épreuves écrites d’admissibilité et trois épreuves d'admission. A l’écrit, la première épreuve est une composition d’informatique, la deuxième est l’étude d’un problème informatique, tandis que la troisième est une épreuve spécifique présentant deux sujets au choix, un sujet portant sur une étude de cas et un sujet portant sur les fondements de l’informatique. Le choix du sujet sera fait à l'inscription du candidat et n'aura aucun impact sur les affectations des candidats reçus à l'agrégation d'informatique. L’admission comporte trois épreuves : une épreuve classique de leçons, une épreuve de travaux pratiques et une épreuve de modélisation demandant un regard sur les enjeux éthiques, sociétaux, et  environnementaux. Les modalités du concours (Conditions d'inscription, épreuves et programme des épreuves) ont été publiées le 28 juin 2021 sur le site devenirenseignant.gouv.fr A noter que l’option informatique de l’agrégation de mathématique (option D) devrait être  supprimée. Dans un communiqué publié le 30 juin 2021, le ministère a annoncé le nom de la présidente du concours. Sylvie Boldo est directrice de recherche Inria, spécialiste en arithmétique des ordinateurs, en preuves formelles et en vérification de programmes. Elle a par ailleurs contribué à la formation des professeurs de lycée (MOOC et livre) et est passionnée par la médiation scientifique (concours Castor informatique, blog Binaire de la SiF, Interstices, etc.), en particulier à destination des collégiennes et lycéennes. [caption id="attachment_12067" align="aligncenter" width="300"] Sylvie Boldo, Directrice de recherche, responsable permanent de l'équipe-projet TOCCATA, présidente du jury de l'agrégation d'informatique.[/caption]

  • 27 juin 2021
    Droit de réponse
    Le 7 juin, France Inter publie un article sur la spécialité NSI au lycée. Son contenu a entraîné une réponse de la SIF reproduite ci-dessous :   «  Avec un titre accrocheur sur « le flop de la discipline numérique » au lycée, France Inter (Sonia Princet) propose – le 7 juin 2021 – un article dont la quasi-absence d’analyse et le propos lapidaire de l’unique lycéen cité, qui souhaiterait que l’enseignement de l’informatique contienne « des choses […] plus ludiques, pour apprendre ce que « nous, les jeunes, on fait sur Internet. » nous incite à y réagir. Notre propos est de donner un éclairage plus factuel de la spécialité « Numérique et science informatique », à commencer par son nom complet, pour distinguer le « numérique » qui désigne plutôt les usages et le champ d’application, de la discipline scientifique qu’est l’informatique. L’informatique souffre en effet d’un péché originel difficile à circonvenir : elle porte, en tant que science, le même nom que l’industrie et les usages correspondants. Elle est tellement intriquée avec notre vie quotidienne que d’innombrables poncifs, excès, et raccourcis lui confèrent, comme à la spécialité de lycée « NSI », une image trop éloignée de sa réalité. C’est pourquoi nous, « Société informatique de France », vous proposons ci-dessous quelques données et informations qui corrigent les imprécisions et omissions de votre article :
    • les « doublettes » (les couples de spécialités retenues par les lycéens en terminale) les plus choisies sont celles incluant les mathématiques, les SVT, la physique-chimie, les sciences économiques et sociales, l’histoire-géographie. C’est un réflexe bien compréhensible de tenter d’y retrouver autant que faire se peut les ex-filières S, L et ES du précédent baccalauréat. Mais le nombre de « doublettes » offertes aux lycéens est de 66. La spécialité « NSI » n’est présente que dans un lycée sur deux, et de manière inégale sur le territoire. Or la doublette « mathématiques, NSI » arrive en 11e position sur 66, avec 2,5% des choix. Les 55 doublettes suivantes sont toutes significativement au-dessous de 2% ;
    • les 7 spécialités les plus choisies, sur 19 possibles en considérant les sous-spécialités de la spécialité « Arts », sont celles définissant les ex-baccalauréats. La 8e est la spécialité NSI, choisie dès sa première année d’existence par 3,7% des lycéens; en 1re, NSI passe de 8,1% des choix à 9% entre 2019 et 2020 ;
    • sur 220 « triplettes » possibles pour les lycéens en 1re, la triplette « mathématique, NSI, physique-chimie » est la 5e la plus choisie, avec une augmentation entre 2019 et 2020 ;
    • les filles boudent la spécialité NSI: elle représentent 56% des effectifs au lycée, mais seulement 13% des effectifs : c’est un problème profond, récurrent, qui mériterait à lui seul un article complet ;
    • certes 53,8% des élèves de terminale qui avaient choisi NSI en 1re l’abandonnent. Les spécialités massivement choisies et qui résistent mieux que NSI à l’érosion entre 1re et terminale sont les 7 spécialités qui correspondent à l’ex-baccalauréat, qui perdent en moyenne 32,4% des choix. Les autres spécialités perdent bien sûr plus de lycéens en proportion, sauf pour certaines, trop faibles en effectifs pour que le pourcentage de perte soit significatif. Mais il convient de relativiser l’ensemble de ces données par le fait que le simple passage de 3 spécialités en 1re à 2 en terminale induit un taux d’abandon neutre de 33%.
    Ces informations sont neutres et vérifiables (DEPP 20.38 et 21.22). Elles permettent de laisser au lecteur le soin d’élaborer lui-même son opinion. Le développement de la spécialité NSI, comme d’autres spécialités naissantes, participera utilement à la diversification des profils des bacheliers, tant de par leur formation que de leur origine sociale. Décrire factuellement ce développement, avec ses forces et ses faiblesses, aurait pu être le moteur de l’article de France Inter à ce sujet. Tel n’a pas été le cas ; il nous semble donc pertinent qu’un rectificatif ou complément à l’article en question puisse être apporté, et nous sommes à disposition pour y participer. Bien à vous, Yves Bertrand Président de la Société informatique de France »

  • 18 juin 2021
    BUT informatique : le programme national au Bulletin Officiel
    Les programmes nationaux du BUT et notamment du BUT informatique sont parus au Bulletin Officiel : BO spécial du 17 juin 2021 (annexe 17). Un arrêté au JO du 10 juin 2021 fixe les dispositions générales de ces programmes nationaux, qui "déterminent notamment les règles de validation, de compensation et de progression dans le cursus de formation, conformément à l’article 17 de l’arrêté du 6 décembre 2019"

  • 14 juin 2021
    L'agrégation informatique au JO
    La création de l'agrégation d’informatique annoncée par le Ministre de l’Éducation Nationale le 9 mars 2021 a été entérinée le 13 juin 2021 par une publication au journal officiel.
    Elle fait suite à l’institution d'un CAPES informatique et l’introduction de l'informatique au lycée à la fois dans le tronc commun de seconde et comme spécialité à part entière en première et terminale.
    Point d’orgue d’une lente révolution commencée il y a 50 ans, elle acte enfin, plusieurs décennies après l’enseignement supérieur, la reconnaissance de l’informatique comme discipline à part entière dès le secondaire. Voici une bonne occasion de remercier toutes celles et ceux dont la persévérance pendant plusieurs décennies a contribué à cette reconnaissance.
    Cette avancée tant attendue ne concerne pas seulement le domaine de l’enseignement mais est appelée à avoir un impact majeur sur l’écosystème numérique tout entier comme l’explique le billet publié ici

  • 8 juin 2021
    Mercredi Enseignement de la SiF : RDV 9 juin à 14h
    https://www.societe-informatique-de-france.fr/mercredi-enseignement-de-la-sif-le-9-juin-en-virtuel/  

  • 2 juin 2021
    Pourquoi la création d’une agrégation d’informatique est un événement important pour l'écosystème numérique

    Lors de son intervention à l'Assemblée nationale le 9 mars 2021, le Ministre de l’Éducation nationale J-M. Blanquer a annoncé la création de l’agrégation d’informatique : « Conformément aux engagements que j'avais pris au moment de la création du Capes du numérique, (...) pour que l'informatique soit une véritable discipline dans le système scolaire français, cette agrégation nous la créeront en 2021-2022, pour la rentrée prochaine, de façon à ce qu'elle nous permette d'avoir nos premiers agrégés pour la rentrée 2022 ». Le Ministre poursuit ainsi son intervention « Dans le système scolaire, c'est le Capes et l'agrégation qui sont les consécrations d'une discipline et de son intégration dans le système », puis ajoute, « c'est donc une nouvelle importante et c'est la dernière pierre à l'édifice d'institutionnalisation et de consécration de l'informatique dans le système scolaire français ».

    La création de cette agrégation arrive comme point d’orgue d’un processus entamé depuis de nombreuses années visant à obtenir la reconnaissance de l’informatique, science et technique, comme discipline scolaire à part entière.

    Ce billet analyse pourquoi, au regard du fonctionnement du système éducatif français, la création de cette agrégation était nécessaire pour le développement de l’écosystème numérique en France.

    Flash-back : enseignement de l’informatique pour tous, un lent pas de deux qui commence à trouver son tempo

    Nous ne revenons pas ici sur 50 ans d’avancées et de retours en arrière concernant le déploiement de l’enseignement de l’informatique. Si cet aspect vous intéresse, nous vous invitons à consulter par exemple cet article du blog binaire. Notons que si l’enseignement de l’informatique a, depuis des décennies, trouvé sa place dans l’enseignement supérieur, permettant ainsi de former des informaticiens, cela n’a longtemps pas été le cas dans l’enseignement scolaire, condamnant des générations de citoyens à un illettrisme numérique toujours plus handicapant.

    Depuis la mise en place des derniers programmes de l’école élémentaire et du collège, l’informatique apparaît dans les cursus des enfants. En effet, de premiers éléments apparaissent dans les programmes officiels de l’école élémentaire dès le CP, CE1 et CE2 au travers de la compétence « se situer dans l’espace » où il peut être demandé aux élèves de « réaliser des déplacements dans l’espace et les coder pour qu’un autre élève puisse les reproduire » et de « programmer les déplacements d’un robot ou ceux d’un personnage sur un écran ». En CM1, CM2 et 6ème les élèves sont supposés commencer à être confrontés à des algorithmes simples, à voir la notion de test et à continuer leur initiation à la programmation dans le cadre d’activités spatiales (déplacements) et géométriques (construction de figures). À partir de la classe de cinquième et jusqu’à la fin du collège, l’informatique est enseignée pour partie en technologie, pour partie en mathématiques. Les élèves doivent être sensibilisés au fonctionnement des réseaux et continuent également à développer des compétences en algorithmique et programmation (premiers aperçus des variables, séquences conditionnelles, itérations, programmation événementielle, entrées/sorties).

     Ces enseignements sont assurés par des enseignants « généralistes » (école élémentaire) ou spécialistes d’autres disciplines (collège). Et en l’absence, jusqu’à récemment, de reconnaissance de l’informatique en tant que discipline scolaire, il ne pouvait en être autrement. Sans discipline, il ne peut exister dans l’éducation nationale de corps d’enseignants de ladite discipline.

    Un programme ambitieux + des élèves = une discipline scolaire et des enseignants dédiés

    Avec la réforme du baccalauréat, l’informatique a vu sa place s’affirmer au lycée : dans le tronc commun en seconde générale et technologique via l’enseignement de Sciences Numériques et Technologie, mais aussi en tant que spécialité à part entière en première et terminale. Pour mémoire, chaque lycéen doit choisir en Première trois puis en Terminale deux spécialités parmi un choix théorique de 12. Comme les autres spécialités, NSI, pour Numérique et Sciences Informatiques ouverte depuis la rentrée 2019, est un enseignement qui bénéficie de 4h hebdomadaire en Première et 6h en Terminale. Cette création s’accompagne à la prochaine rentrée de l’introduction de l’informatique en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) avec la création de la filière MP2I qui accueillera ses premiers élèves en septembre 2021

    Cette réforme signe donc une révolution pour notre discipline mais lors de sa mise en place, l’informatique n’était pas encore reconnue comme discipline scolaire et il n’existait pas d’enseignants d’informatique au lycée. L’enseignement de seconde qui peut être abordé sous des aspects à la fois scientifiques et sociétaux a ainsi été confié à des enseignants de toutes les disciplines après une formation généralement courte et gérée de manière autonome par les académies. La question se posait différemment pour NSI dont le programme est réellement ambitieux et devrait permettre aux élèves de découvrir les différents pans de la discipline (algorithmique et programmation, bases de données, architectures matérielles, systèmes d’exploitation et réseaux etc.), Pour résoudre ce dilemme et accompagner au mieux l’installation de NSI dans de nombreux lycées, le ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse (MENJ) s’est appuyé sur une quarantaine d’universités pour déployer une formation originale, le diplôme inter-universitaire, « Enseigner l’informatique au lycée » (DIU EIL) visant à former des enseignants de diverses disciplines scientifiques à l’informatique. La SiF et de très nombreux collègues enseignants-chercheurs ont répondu présent pour former (en partie sur les temps de vacances des uns et des autres) 1 200 professeurs en 2019-2020 et quelques centaines de plus en 2020-2021.

    L’informatique était donc enfin entrée au lycée, enseignée par des professeurs motivés, très investis et formés au mieux des contraintes temporelles de la formation proposée. Mais, ces professeurs restaient attachés à leur discipline d’origine, et l’avenir de l’informatique au lycée restait précaire.

    Une seule voie existait pour que l’informatique devienne une discipline à part entière : la création de concours d’enseignants de la discipline (CAPES et agrégation) synonyme de la création d’une discipline scolaire à part entière. Un premier pas a été franchi en 2020 avec la création du CAPES NSI (du nom de la spécialité éponyme), le second, décisif, la création de l’agrégation a donc été annoncé pour 2022. Cette dernière permettra de compléter les cohortes d’enseignantes et enseignants au lycée mais également d’alimenter les classes préparatoires, les BTS, les IUT et les universités. Par ailleurs, la discipline informatique sera également représentée chez les cadres de l’éducation nationale, notamment dans les différents corps d’inspection qui jouent un rôle essentiel dans le déploiement de la spécialité sur l’ensemble du territoire et dans l’accompagnement des enseignantes et enseignants.

    Une révolution en douceur

    La première édition du CAPES NSI en 2020 a permis de recruter une trentaine d’enseignants d’informatique aux côtés des collègues formés par le DIU EIL, le nombre de postes ouverts cette année pour l’édition 2021 a quasiment doublé. Certes le nombre de postes est encore faible mais il est appelé à continuer sa croissance. Le nombre de postes ouverts pour l’agrégation n’est pas encore connu mais on peut supposer qu’il suivra une courbe similaire.

    Quel est donc l’engouement des élèves pour cette nouvelle spécialité ? La spécialité NSI n’est pas présente de manière équitable sur l’ensemble du territoire et le nombre d’élèves qui la choisissent est encore limité. On peut aussi déplorer que les filles soient sous-représentées dans cette spécialité (voir à ce propos les chiffres de la DEPP). On peut également regretter le faible nombre (27) de classes préparatoires ouvertes à la prochaine rentrée ; mais les attentes au niveau des universités et écoles d’ingénieurs et du bassin de l’emploi sont fortes et la dynamique prometteuse.

    Pourquoi est-ce important pour l’écosystème numérique ?

    Dans une tribune parue dans Le Monde du 31 janvier 2018,  les acteurs économiques de l’écosystème numérique : Syntec Numérique  Tech In France, Cigref, Consult’in France, Cinov-IT mais aussi les organisations patronales comme la Confédération des PME, la Fédération Cinov, la Fédération Syntec et le Medef appelaient de leurs vœux le développement de la culture numérique dès le plus jeune âge et la création d’un CAPES et d’une agrégation.

    Les enseignements d’informatique au lycée permettront de développer cette culture non seulement pour les futures informaticiennes et informaticiens mais également pour l’ensemble des citoyennes et citoyens.  Ils favoriseront aussi certainement l’éclosion de nouvelles vocations en cassant des stéréotypes datés et en montrant que toutes les personnalités, des plus introverties aux plus extraverties, des plus scientifiques aux plus techniques, des plus réalistes au plus imaginatives peuvent s’épanouir dans les métiers de l’informatique. Notre secteur économique en sortira plus fort, avec un vivier d’informaticiens plus important mais également des utilisateurs et clients davantage conscients des enjeux informatiques sous-tendant leurs besoins métier. Le numérique est un secteur en constante expansion et en tension. Si on reprend les chiffres de l’OPIIEC 21 000 emplois créés en 2020 le sont dans notre domaine, soit + 4,8% en pleine crise de la COVID ce qui démontre le dynamisme du secteur. Il est de notre devoir à tous, professionnels de l’informatique du monde industriel et du monde académique, d’accompagner cette révolution du monde scolaire et de contribuer à développer l’acculturation des jeunes à l’informatique et leur appétence pour tous les métiers du secteur.

    La Société informatique de France est une société savante, comme il en existe en mathématiques ou en histoire. Parmi ses objectifs fondamentaux figurent la promotion de l’informatique, la contribution à l’enseignement de la discipline à tous les niveaux et la participation aux débats de société. C’est pourquoi nous œuvrons sans relâche depuis notre création avec beaucoup d’autres pour que s’installe une dynamique permettant notamment le développement de l’enseignement de l’informatique pour le plus grand nombre... Si vous pensez que ces objectifs sont importants pour l’écosystème, rejoignez la SiF à titre individuel, impliquez votre entreprise !


  • 6 mai 2021
    Découvrez la dernière Lettre d'Information de la SiF !

    La Lettre d'Information de la SiF n°22 est sortie !

    À la une :

    • La création de l'agrégation informatique
    • La réforme du Bachelor universitaire de technologie
    • Le nouveau Zoom  des métiers de l’ONISEP
    Avec un focus sur la souveraineté numérique... le sujet "chaud" du moment ! Et bien sûr, l'agenda de la SiF, qui répertorie les événements qui seront organisés tout au long de l'année, dont La Journée de Reproductibilité de la Recherche qui aura lieu lundi 10 mai. Consultez le programme et inscrivez-vous ! Événement gratuit, mais inscription obligatoire !

    Bonne lecture !


  • 29 avril 2021
    Zoom Métiers : à la rencontre de jeunes pros de l'informatique
    Avec l’Onisep, les sociétés savantes de mathématiques (SFdS, SMAI, SMF), l’association femmes et mathématiques, l'AMIES, et la CFEM, la SiF a élaboré la brochure Zoom Métiers "Les métiers des mathématiques, de la statistique et de l’informatique", qui présente des métiers à la pointe de l’innovation, notamment en informatique.

  • 26 mars 2021
    Au sujet de la réforme du Bachelor universitaire de technologie
    Les IUT sont actuellement dans une situation d’une complexité sans précédent depuis leurs 55 ans d’existence : ils mettent en place pour la rentrée 2021 la réforme du Bachelor universitaire de technologie sur fond de restructuration de leur offre de formation, d’une baisse du volume annuel-étudiant et d’une obligation à intégrer 50% de bacheliers technologiques. La SIF appuie la motion votée par le CA de Spécif Campus à ce propos, et vous invite à en prendre connaissance https://www.specifcampus.fr/conditions-de-la-mise-en-place-du-bachelor-universitaire-de-technologie-but-a-la-rentree-2021/

  • 23 mars 2021
    Une nouvelle revue rejoint la plateforme Episciences
    La revue Fundamenta Informaticae, qui existe depuis quatre décennies, vient de migrer vers la plateforme open access Episciences.org, portant à 7 le nombre de revues en informatique qui y sont publiées. Rappelons que Episciences.org marie de façon innovante les deux voies du libre accès : la voie dorée par l'hébergement de revues en open access (épi-revues) et la voie verte puisque le processus de soumission des articles se fait par un dépôt dans une archive ouverte.  

  • 23 mars 2021
    Défis des revues de la voix diamant
    Les revues scientifiques publiées selon la voie diamant (gratuites pour les auteurs comme pour les lecteurs) constituent un paysage actuellement fragmenté et doivent se constituer en communauté, selon une étude publiée par la Coalition S et Science Europe le 9 mars 2021. Les publications selon le modèle diamant représentent 8 % à 9 % du total des articles scientifiques, soit environ 356000 chaque année dans quelque 29000 revues. Par rapport aux principes du Plan S, l'étude note que les revues diamant sont confrontées à un certain nombre de défis afin de se mettre en conformité. Seules 4,3 % répondent à tous les critères techniques requis et 37 % à au moins la moitié. Plus des deux-tiers (68 %) n'ont par exemple pas de politique de préservation des données, les trois quarts ne peuvent proposer leurs contenus en formats XML ou HTML mais en général uniquement en PDF. En vue d'une compatibilité avec le Plan S, un rapport additionnel propose 20 recommandations dont les suivantes : promouvoir les licences ouvertes au sein des communautés scientifiques, faciliter l'accès aux DOI, encourager la préservation des contenus ainsi que l'auto-archivage.

  • 15 mars 2021
    Agrégation d'informatique : enfin !
    Suite au courrier que la SiF a envoyé en janvier, pour demander la création rapide de l’agrégation d’informatique déjà plusieurs fois annoncée, la SiF a été invitée par le cabinet de J-M. Blanquer en compagnie de l’Inspection Générale de l’Education, du Sport et de la Recherche (IGESR) et de la Direction Générale des Ressources Humaines (DGRH) du ministère pour discuter de l’opportunité de cette création dès 2022. A cette occasion, la SiF a exposé l’argumentation développée dans sa lettre. Sur ce sujet, la SiF a également été reçue par Bruno Studer, député et Président de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation de l'Assemblée nationale. Le 9 mars 2021, lors de son intervention à l'Assemblée nationale, le Ministre de l’Éducation nationale J-M. Blanquer a annoncé la création de l’agrégation d’informatique : « Conformément aux engagements que j'avais pris au moment de la création du Capes du numérique, (...) pour que l'informatique soit une véritable discipline dans le système scolaire français, cette agrégation nous la créerons en 2021-2022, pour la rentrée prochaine, de façon à ce qu'elle nous permette d'avoir nos premiers agrégés pour la rentrée 2022 ». Le Ministre poursuit ainsi son intervention « Dans le système scolaire, c'est le Capes et l'agrégation qui sont les consécrations d'une discipline et de son intégration dans le système", puis ajoute, « c'est donc une nouvelle importante et c'est la dernière pierre à l'édifice d'institutionnalisation et de consécration de l'informatique dans le système scolaire français ». La création de l’agrégation d’informatique a été saluée par de nombreux acteurs dont l’EPI qui travaille depuis maintenant 50 ans à la reconnaissance de la discipline informatique dans le secondaire et à la nécessaire formation des enseignants pour l’enseigner (lire le communiqué de l’EPI). La SiF se réjouit de cette création et apporte d’ores et déjà sa contribution à la définition de ce concours.

  • 25 février 2021
    Élection du nouveau conseil d'administration, présidé par Yves BERTRAND
    Le nouveau président élu à la tête de la Société informatique de France est Yves BERTRAND, professeur en informatique à l’Université de Poitiers. Il est entré en fonction le 11 février. Le nouveau bureau élu à ses côtés est composé de :
    • Président : Yves BERTRAND
    • Vice Présidente Recherche : Maria POTOP-BUTUCARU
    • Vice Présidente Enseignement : Isabelle DEBLED-RENNESSON
    • Vice Présidente Médiation : Marie Marie DUFLOT-KREMER
    • Trésorière : Catherine BERRUT
    • Secrétaire : Nicolas HERBAUT
    • Administrateur chargé de mission relations internationales : Pierre PARADINAS
    Cinq nouveaux membres sont venus rejoindre le conseil d’administration de la Société informatique de France :
    • Yves BERTRAND, professeur en informatique à l’Université de Poitiers,
    • Maria POTOP-BUTUCARU, professeure en informatique à Sorbonne Université,
    • Laurent RÉVEILLÈRE, professeur en informatique à l’Université de Bordeaux,
    • Basile SAUVAGE, maître de conférences en informatique à l’Université de Strasbourg,
    • Jean-Marc VINCENT, maître de conférences en informatique à l’Université Grenobles-Alpes
    Consultez le communiqué de presse.

  • 1 février 2021
    Tribune dans Le Monde: "Le logiciel libre et l’ouverture des données sont deux enjeux majeurs du numérique moderne qui méritent une stratégie publique"
    Le journal Le Monde a publié une tribune en réaction à la publication du rapport Bothorel. Cette tribune appelle à la mise en place d'une véritable stratégie autour du logiciel libre au sein de l'État français, et notamment la mise ne place d'une mission interministérielle dédiée à son élaboration et son exécution. « Le logiciel libre et l’ouverture des données sont deux enjeux majeurs du numérique moderne qui méritent une stratégie publique », le Monde, 17 janvier 2021. Cette tribune est co-signée par Stefane Fermigier, co-président du CNLL, ainsi que Roberto Di Cosmo, Directeur de Software Heritage, professeur d’informatique à l’Inria et à l’université de Paris, et Cedric Thomas, Economiste et directeur général de l’organisation Open source OW2. Outre les trois auteurs, la tribune a été co-signée par différentes entreprises et associations, dont la SiF. Consultez le texte complet de la tribune (sous licence CC-BY-ND).

  • 29 janvier 2021
    Le temps est venu pour une agrégation d'informatique
    Dans un courrier envoyé aux services concernés du Ministère de l'Éducation Nationale de la Jeunesse et des Sports, la SIF appelle à la création rapide de l'agrégation d'informatique déjà plusieurs fois annoncée, en insistant sur les enjeux et les besoins d'une telle agrégation et l'urgence à la mettre en place [Lire la lettre].      

  • 26 janvier 2021
    Science ouverte : 56 % des publications françaises en open access en 2019
    Le MESRI dans son édition 2020 du Baromètre de la Science Ouverte (BSO), indique que 56 % des 156 000 publications scientifiques françaises publiées en 2019 sont en accès ouvert en décembre 2020. Le taux observé en décembre 2019, relatif aux publications réalisées en 2018, n’était que de 49%. Le taux s’est donc accru de 7 points en un an. D’une discipline à l’autre, la proportion d’accès ouvert varie fortement, de 75 % pour les publications en Mathématiques à 40 % en Sciences de l’ingénieur. Par ailleurs, les publications scientifiques publiées en 2018 ou au cours des années précédentes ont un taux d’ouverture croissant au cours du temps. En particulier, celles publiées en 2018 sont désormais ouvertes à 54% (+5 points par rapport à décembre 2019), et la hausse, qui concerne toutes les disciplines, est plus forte dans celles les moins ouvertes. L'informatique arrive en 5ème position avec un taux d'accès ouvert global de 57% derrière les maths (75%), la biologie (69%), la physique, et les sciences de la terre. La note détaillée est ici : https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2021/57/9/NF2021_01_Barometre_Science_Ouverte_1370579.pdf

  • 18 janvier 2021
    Lauréats 2020

    Le prix de thèse Gilles Kahn

    Le prix de thèse Gilles Kahn 2020, décerné par la SiF et patronné par l’Académie des Sciences, est attribué à :

    Lauréat :

    M. Thomas Debris-Alazard, Cryptographie fondée sur les codes : nouvelles approches pour construction et preuves ; contribution en cryptanalyst Thèse préparée à l’INRIA-Paris.  

    Accessits :

    Mme Sarra Habchi, Understanding Mobile-Specific Code Smells Thèse préparée au laboratoire Cristal à Lille       M. Renaud Vilmart, ZX-Calculs pour l’Informatique Quantique et leur Complétude Thèse préparée au laboratoire LORIA à Nancy    

  • 14 janvier 2021
    Préparation de l'AG 2021
    L'AG 2021 se déroulera en ligne le mardi 2 février à partir de 09h. Tous les adhérents recevront les informations de connexion par email le 29 janvier. Vous pouvez consulter en ligne le rapport moral et le rapport financier pour l'année 2020 et retrouver la proposition de nouveaux statuts et de règlement intérieur.