separateur

  • 21 juillet 2020
    Retour sur les Mercredis Enseignement de la SIF

    Les mercredis Enseignement de la SIF

    Juillet 2020

    La SIF et l'enseignement de l'informatique

    La SIF milite depuis de nombreuses années pour l'introduction de l'informatique dans les programmes scolaires. SPECIF, l'ancêtre de la SIF, avait accompagné l'introduction de la spécialité ISN en Terminale S à la rentrée 2012. La SIF a poursuivi cette action pour l'introduction de l'algorithmique et de la programmation aux différents cycles du parcours scolaire. La réforme du lycée proposée par Pierre Mathiot dans son rapport en janvier 2018 a enfin permis la création d'un véritable enseignement d'informatique au lycée, appelé Numérique et sciences informatiques (NSI). La SIF a multiplié les actions pour accompagner cette création en faisant des propositions pour l'organisation, la rédaction des programmes, la formation des enseignants, etc. Mais la SIF a aussi déployé une grande énergie pour favoriser le dialogue entre toutes les parties prenantes. 

    Références

    Les mercredis de la SIF

    La SIF avait organisé au CNAM au printemps 2019 une journée de travail « la spécialité NSI, une immense opportunité pour l’enseignement supérieur ». Cette journée avait été un grand succès et il avait été prévu d'en organiser une autre au printemps 2020 pour permettre aux enseignants et aux décideurs de partager leur expérience après une année de fonctionnement en classe de première, dans la perspective de l'ouverture de l'enseignement en classe terminale et surtout de l'orientation post-bac. Les événements nous ont conduits à innover de manière aussi inattendue que fructueuse. Plutôt que de réunir les personnes dans une salle, nous avons proposé d'organiser un séminaire en visioconférence. Il a été constitué de 4 séances à raison d'une séance de 90 min toutes les deux semaines. Ces séances ont été placées le mercredi en début d'après-midi pour permettre aux enseignants d'y participer facilement, d'où son nom: « Les mercredis de la SIF ». Pour ce séminaire la SIF s'est équipée d'un environnement de diffusion vidéo et d'interaction temps-réel permettant d'accueillir plusieurs centaines de participants. Des détails techniques sont disponibles ci-dessous. La maîtrise d'un tel environnement est difficile. Elle nécessite une équipe de plusieurs personnes. Les premières séances ont été un peu mouvementées, mais la dernière séance s'est très bien passée. Ouf ! 😀

    NSI : un nouveau profil de lycéen

    Chaque séance a été consacrée à un thème différent, en rapport avec cette question de l'articulation entre l'enseignement de NSI au lycée et les formations proposées après le bac. En effet, cet enseignement crée un profil tout à fait nouveau de lycéen, jusque-là inconnu. Les élèves qui ont suivi NSI en classe de première et en classe terminale arrivent au niveau du bac avec plus de 300 heures de formation en informatique, soit l'équivalent horaire de la formation en L1 et L2 dans les portails généralistes des universités.  Ceci nécessite de repenser les parcours de licence d'informatique, des DUT/BUT d'informatique et aussi des classes préparatoires scientifiques. Ce dernier aspect est sans doute l'événement le plus visible de la réforme, avec la création d'une nouvelle filière MPI (ou MPII, ou MP2I, Mathématiques, Physique, Informatique) à la rentrée 2021, et des concours de recrutement spécifiques pour les écoles d'ingénieurs en 2023.  Un autre aspect très attendu de cette réforme a été l'ouverture d'un CAPES NSI à la session 2020. Plus de 360 candidats se sont présentés aux épreuves pour 40 postes, soit 9,0 candidats par poste. Ce taux est remarquable ; par comparaison, il y avait environ 1,8 candidats par poste pour le CAPES de mathématiques 2019. Toute la SIF est mobilisée pour soutenir l'ouverture d'une agrégation NSI dans quelques années. 

    Référence

    Programme du séminaire

    Les 4 séances du séminaires ont été consacrées à 4 aspects importants de la mise en place de la spécialité NSI. Pour chaque séance, nous avons bénéficié de la participation d'acteurs clés de la question abordée. Nous avons pris un soin particulier à varier les origines des intervenants : décideurs, enseignants, conseillers ; personnels du ministère, universitaires, scolaires ; hommes et femmes; etc. Chacune des séances a été organisée de la même façon : 3 interventions d'une dizaine de minutes, chacune suivie de 5 minutes de question, puis un long temps de débat avec l'ensemble des participants.  Voici le programme qui a été proposé. 

    La genèse de NSI : la réforme du lycée et la naissance d’une nouvelle discipline

    • Pierre Mathiot, professeur Science Politique, Directeur Sciences Po Lille
    • Jean-Marie Chesneaux, Inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche
    • Jean-Charles Ringard, Inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche

    La mise en place de NSI : les programmes et la formation des enseignants

    • Christophe Declercq, enseignant-chercheur en informatique, université de Nantes, INSPÉ académie de Nantes
    • Véronique Maroselli, UdPPC, professeure de physique et chimie, enseignante de NSI, Bastia
    • Christine Weill, IA-IPR de mathématiques, référente NSI, académie de Versailles

    L’enseignement de NSI : information et orientation des élèves

    • Amélie Stainer, professeure en CPGE à Rennes et membre UPS
    • Sandrine Puppini, conseillère de recteur, cheffe du service académique d’information et d’orientation de l’académie de Normandie
    • Véronique Torner, Syntec Numérique et Alterway

    Et après NSI : la nécessaire adaptation des formations post-bac

    • Laurent Chéno, Inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche
    • Nadia Bellalem, responsable du département informatique, IUT Charlemagne à Nancy, Université de Lorraine
    • Jean-Lou Desbarbieux, directeur de la licence informatique de Sorbonne Université

    Participation

    La participation à ce séminaire a dépassé toutes nos prévisions. Plusieurs centaines personnes se sont inscrites sur le site et il y a eu plus de 150 personnes connectées pendant les 90 min de chaque séance, avec des pics de connexion à plus de 300 notamment lors de la première séance.  Les réactions à ce projet ont été très favorables, comme le montrent les remerciements que les participants ont laissés sur le site. Nous prévoyons de pérenniser ce modèle de séminaire sur d'autres sujets dans les mois qui viennent.

    Vous pouvez visionner l'ensemble des vidéos "Mercredis Enseignement de la SIF" via notre chaîne Vimeo.

     

  • 24 juin 2020
    Covid-19 : 30 sociétés demandent un plan d’urgence pour l’ESR
    SPECIF-Campus, société partenaire de la SIF, est signataire avec le soutien de la SIF du communiqué de presse commun de 30 sociétés savantes, à l'initiative du collectif des sociétés savantes académiques (SOCACAD).  Les signataires demandent un plan d'urgence chiffré « Covid » pour l'enseignement supérieur et la recherche.  Ils regrettent que, deux mois après les premières annonces de principe de Mme la Ministre, aucun chiffrage concret des mesures financières ministérielles n’a été publié. Les signataires demandent la mise en place d’un véritable plan d’urgence pour permettre à l’ESR de surmonter la crise actuelle, et encouragent leurs adhérent.e.s à envoyer individuellement le texte du communiqué de presse à leurs représentant.e.s à l’Assemblée Nationale et au Sénat, ainsi qu’au gouvernement.

  • 9 juin 2020
    Séminaire SIF ∩ LPPR : informez-vous en amont de la discussion de la loi
    Le collectif des sociétés savantes académiques SOCACAD propose à tous de consulter le séminaire SIF sur la LPPR afin de s'informer au moment où la discussion sur la loi s'accélère.  Voir l'article ici.

  • 5 juin 2020
    La SIF signe une lettre commune sur la LPPR adressée à Mme la Ministre
    Le gouvernement prépare une "Loi pour la programmation pluriannelle de la recherche" (LPPR), qui sera présentée au Parlement dès juillet prochain. Le Président de la République et le gouvernement se sont récemment exprimés pour souligner l'importance de la recherche face à des crises comme celle du Covid-19 et se sont engagés à augmenter les budgets qui y sont consacrés, à la fois pour la recherche spécifiquement dédiée à la lutte contre le Covid-19 et pour la recherche en général. Dans ce contexte, une trentaine de sociétés savantes ont cosigné une lettre en vue d'alerter Madame la Ministre de L'Enseignement Supérieur et de la Recherche et de l'Innovation sur un certain nombre de points nous paraissant critiques. Lire la lettreLire la liste des signataires. Ce document a été envoyé vendredi 5 juin en copie aux principaux acteurs de l''ESR (Enseignement Supérieur et de la Recherche) et à l'agence d’informations spécialisées AEF (Agence Éducation et Formation). (Repris du site de la Société française de Physique).

  • 29 mai 2020
    No free view? No review!
    L'initiative No Free View? No review! lancée récemment, invite la communauté des chercheurs à prendre une position forte en faveur de l'open access. Le principe consiste à refuser d'évaluer les publications qui, si acceptées, ne seraient pas disponibles en accès libre chez l'éditeur. Cette action pourrait intéresser de nombreux personnels de l'ESR, qui effectuent ce travail de relecture sur fonds publics. No free view? No review!

  • 29 mai 2020
    L'ATIEF s'inquiète des restrictions posées par le CSEN
    Dans un communiqué, l'ATIEF , association partenaire de la SIF, publie un communiqué s'inquiétant des restrictions à l'expérimentation pédagogique posées par le Conseil scientifique de l'Education nationale (CSEN) : « Il existe, dans le monde francophone, une recherche en éducation plurielle et ouverte à l’international. L’ATIEF [...]  s’inquiète [que le CSEN offre] une image partielle et partiale de la recherche en éducation et d’autre part que ce texte annonce que le CSEN souhaite s’ériger en censeur des travaux qui ne s’inscriraient pas dans le seul paradigme de l’expérimentation contrôlée. » Voir le communiqué de l'ATIEF ici : http://www.atief.fr/content/avis-du-conseil-d’administration-de-l’atief-en-réponse-aux-propositions-du-conseil

  • 14 mai 2020
    LPPR ∩ SIF : Débat de restitution le 19 mai 2020

    Pour terminer notre série de web-débats confinés, autour de la LPPR, notre dernier rendez-vous sera :

    • Le 19 mai à partir de 9h, un débat ouvert de restitution entre les adhérents.

    Débat ouvert et restitution

    Au cours de ces dernières semaines confinées, la SIF a proposé une série de rencontres autour de la LPPR. Ces rencontres se sont déroulées sous forme de visioconférences, avec une alternance entre des prises de parole des invités et des questions remontées par écrit en temps réel via un modérateur. Ces rencontres ont suscité un grand intérêt, avec une soixante de participants à chaque séance. La liste des invités et le matériel de référence sont disponibles ci-dessous.  Nous proposons donc aux adhérents de la SIF une séance de restitution pour discuter ensemble des différentes interventions et en tirer des recommandations pour la position de la SIF dans la suite du débat.   Cette séance aura lieu le mardi 19 mai, entre 9h et 10h30 selon la procédure habituelle: inscription préalable (gratuite pour les adhérents, si vous vous êtes pré-inscrit à l'occasion d'un débat précédent, inutile de vous inscrire de nouveau), puis diffusion aux personnes inscrites d'un lien vidéo. Une fois inscrit, vous recevrez le lien de connexion environ 24 heures avant le début. Nous utiliserons le système BigBlueButton, qui fonctionne directement sur navigateur : Firefox ou Chrome sur ordinateur, Safari sur iOS, Chrome sur Android. Le débat sera enregistré aux fins d'archivage et de compte-rendu, mais la SIF a fait le choix de ne pas en mettre l'enregistrement en ligne. L'enregistrement des débats précédents reste disponible sur la chaîne YouTube de la SIF (S. StrideA. PetitP. LemaireC. Musselin, P. Ouzoulias). Cette séance sera co-animée par Marc Shapiro et Luc Bougé. Elle sera structurée en 3 parties de 20-30mn. Chaque partie sera introduite par un petit rappel des faits.

    Introduction

    • Pourquoi la SIF a organisé ce séminaire sur la LPPR?
    • Approche collective, information+bilan+texte
    • Objectif : Écrire un texte argumenté (2-3 p.) avec constat - recommandation, pour diffusion

    Le contenu de la LPPR

    Où en est-on aujourd'hui ?

    Quelles priorités aujourd'hui ? 

    Comment avancer maintenant sur un texte ? 

    • Mise en place d’un GT élargi de la SIF pour préparer un texte
    • À qui s’adresse ce texte?

  • 14 mai 2020
    Les mercredis Enseignement de la SIF
    Nous proposons une série de rencontres “les mercredis Enseignement de la SIF” sous la forme d’un séminaire en ligne, à raison d’une séance d’une heure et demie le mercredi en début d’après-midi, tous les 15 jours, à partir du 27 mai. À chaque séance, des orateurs seront invités à s’exprimer et répondront aux questions que les participants pourront poser. [embed]https://www.societe-informatique-de-france.fr/les-journees-sif/la-specialite-nsi-et-les-formations-post-bac/[/embed]

  • 5 mai 2020
    LPPR ∩ SIF : Pierre Ouzoulias le 14 mai 2020

    Dans notre série de web-débats confinés, autour de la LPPR, notre avant-dernier rendez-vous sera :

    • Le 14 mai (exceptionnellement un jeudi à 16h), notre invité sera M. Pierre Ouzoulias.  Le titre et résumé de son intervention sont à la fin de ce message. 

    Participation réservée au membres de la SIF.  Inscription gratuite mais obligatoire ici : https://framaforms.org/debats-sif-lppr-1419-mai-145-pierre-ouzoulias-195-debat-ouvert-1588605108 (si vous vous êtes pré-inscrit à l'occasion d'un débat précédent, inutile de vous inscrire de nouveau).

    Une fois inscrit, vous recevrez le lien de connexion environ 24 heures avant le début.  RDV un quart d'heure avant l'heure, afin de se commencer dans de bonnes conditions.  Pendant la conférence, coupez votre webcam et votre micro. Ne les rallumez que pour parler, à la demande de l'animateur. Pour intervenir ou poser des questions, utilisez le fil de discussion qui vous sera fourni ; c'est l'animateur qui relayera ; éventuellement il pourra ouvrir tous les micros. 

    Le débat sera aussi accessible en temps réel sur la chaîne YouTube de la SIF.  Les captations vidéo, transparents et document partagé des débats précédents restent disponibles : S. StrideA. PetitP. LemaireC. Musselin.

    Cette série se conclura le mardi 19 mai à 9h, par débat ouvert à tous les adhérents.

    Même au plus fort de la crise sanitaire,
    la recherche n’est pas une priorité de ce Gouvernement

    Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-Seine

    Pierre Ouzoulias est sénateur communiste des Hauts-de-Seine, archéologue, CR CNRS, VP de la commission du Sénat en charge de la recherche (Commission Culture, éducation et communication) et de la Commission des affaires européennes, et membre de l'OPECST (office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques).

    Résumé : Les deux lois de finances rectificatives récentes comprennent des mesures d’aide aux entreprises et aux ménages, ainsi que des dépenses exceptionnelles de santé.  Mais elles ne prévoient aucune disposition en faveur de la recherche ou de l’enseignement supérieur, contrairement à ce qui se passe dans plusieurs États européens. Alors que tous les programmes du MESR seront mis à contribution pour financer la recherche sur le virus, il n’y aura pas de moyens nouveaux : les 50 millions promis ne constituent qu'un redéploiement au sein d’une enveloppe inchangée.  De plus, l’évocation d’un investissement budgétaire massif de 25 milliards d’euros dans les dix prochaines années correspond finalement à une modeste augmentation de 400 millions d’euros par an, à peine plus que les annulations de crédit récentes.

    En revanche, la charge fiscale du crédit d’impôt « recherche » (CIR) va sans doute continuer de progresser.  Depuis le début de ce quinquennat, non seulement l’effort de recherche de la France n’a pas augmenté, mais, de plus, la proportion des financements attribués aux administrations publiques n’a cessé de baisser. Le discours du chef de l’État sur la recherche et les annonces budgétaires de son Gouvernement s’inscrivent dans ce double renoncement


  • 29 avril 2020
    Enseignement supérieur et recherche. Appel solennel à cesser de prendre toute mesure non-urgente en période de confinement
    La pétition « Enseignement supérieur et recherche. Appel solennel à cesser de prendre toute mesure non-urgente en période de confinement » a été signée par SPECIF-Campus, association partenaire de la SIF, avec donc le soutien de la SIF.

  • 29 avril 2020
    Tribune Le Monde | Coronavirus : « Les mois perdus pour la recherche scientifique auront des effets disproportionnés s’ils ne sont pas compensés »
    Plusieurs sociétés savantes et professionnelles, dont SPECIF-Campus, membre du Conseil des Associations de la SIF, ainsi que des chercheur.e.s individuels, signent une tribune dans le Monde pour demander un plan de sauvetage de la recherche suite à la crise Covid-19, qui inclut la prolongation automatique, financée par le ministère, de trois mois des contrats CDD et des contrats de recherche.

  • 22 avril 2020
    LPPR ∩ SIF : Christine Musselin le 28/4/2020
    Notre quatrième web-débat autour de la LPPR, dans la série « les mardis confinés de la SIF », a eu lieu le mardi 28 avril de 9h à 10h.  Notre invitée était Christine Musselin, sociologue au Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po et CNRS, qui répondra à la question « Où en est le système d'enseignement supérieur et de recherche français après quinze années de réformes ? » (résumé et bio ci-après). La retranscription vidéo sera disponible sur la présente page dès que possible. Prochains rendez-vous :
    • le 14 mai à 16h : Pierre Ouzoulias, archéologue, CR au CNRS, sénateur communiste des Hauts-de-Seine, VP de la Commission culture, éducation et communication, VP de la Commission des affaires européennes, membre de l'OPECST (office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques). 
    • Rendez-vous suivant : un débat ouvert entre adhérents, le 19 mai à 9h.
    Les captations vidéo, transparents et document partagé des débats précédents restent disponibles : S. Stride, A. Petit, P. Lemaire.
    « Où en est le système d'enseignement supérieur et de recherche français après quinze années de réformes ? » Résumé : J'aborderai dans un premier temps les deux mouvements qui ont profondément affecté le système d'enseignement supérieur et de recherche français depuis une quinzaine d'année : les politiques de mise en compétition d'une part et les politiques de recomposition du paysage universitaire de l'autre. Je présenterai ensuite plusieurs constats sur le fonctionnement interne des universités et leur gouvernance. Enfin, je caractériserai les modalités de gestion des carrières par rapport à d'autres modèles et analyserai les principales évolutions qu'a connu notre marché du travail universitaire. Bio : Christine Musselin est directrice de recherche CNRS au Centre de Sociologie des Organisations (CSO : Sciences Po et CNRS). Elle mène des recherches comparatives sur la gouvernance des universités, les politiques de l’enseignement supérieur et les marchés du travail universitaires. Elle a dirigé le CSO de 2007 à 2013 puis assuré les fonctions de Vice-Présidente Recherche de Sciences Po jusqu’à fin 2018. Elle est l’auteure de La longue marche des universités françaises, aux P.U.F. (2001), puis Le marché des universitaires. France, Allemagne, Etats-Unis (2005), La grande course des universités (2017), Propositions d’une chercheuse pour l’Université (2019), aux Presses de Sciences Po.

  • 20 avril 2020
    Procès de Fariba Adelkhah: courrier des Sociétés Savantes au Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères

    24 Sociétés Savantes Académiques de France de toutes disciplines ont lancé le 18 avril 2020 un appel au Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères à la veille du procès du Dr Fariba Adelkhah en Iran.

    Par ailleurs, le Comité de Soutien a Fariba Adelkhah a organisé une e-manifestation de soutien et de protestation. Pour être comptabilisé.e comme manifestant.e, exprimer votre solidarité, et concourir à « sauver les chercheurs, sauver la recherche pour sauver l’histoire », comme l’a demandé Fariba Adelkhah du fond de la prison d’Evin dans un courrier du mois de janvier, il vous suffit de visionner la vidéo suivante : https://faribaroland.hypotheses.org/8352

    Nous vous encourageons à faire circuler cet appel à e-manifester parmi vos proches, dans votre famille, dans notre milieu professionnel. Le confinement ne doit pas nous démobiliser et contribuer à l’étouffement de la liberté scientifique.


  • 14 avril 2020
    Débat SIF LPPR : Patrick Lemaire, le 21 avril 2020
    Suite du débat au sein de la SIF autour de la future Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), démarré avec Sebastian Stride, et Antoine Petit.  Le 21 avril 2020, 50 personnes ont débattu avec Patrick Lemaire, autour de son exposé intitulé : « LPPR: concilier besoins et idéologies est-il possible? ».  Résumé ci-dessous.  Patrick est biologiste, président de la SFBD, animateur du collectif des sociétés savantes SOCACAD,. La captation du débat est visible ci-dessous ou sur la chaîne YouTube de la SIF.  Les transparents sont accessibles ici, et le document partagé de discussion est ici. Prochain invité, le 28/4/2020 : Christine Musselin, sociologue au Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po et CNRS.
    LPPR: concilier besoins et idéologies est-il possible? La présentation sera découpée en 3 temps d’environ 10 minutes. Dans le premier, je ferai un état des lieux de l’évolution des missions et des moyens financiers et humains de la recherche en France. Je présenterai ensuite les propositions principales des Sociétés savantes pour la LPPR, issues d’une large consultation de la communauté. Je soulignerai les points de convergence/divergence avec les propositions d’autres acteurs et du gouvernement. Enfin la dernière partie sera dédiée à une réflexion plus personnelle, qui n’engage que moi, sur les raisons de la situation actuelle, sur ses conséquences pour la société et sur les moyens sur le long terme de redonner à l’enseignement supérieur et la recherche toute sa place dans la société.
    Patrick Lemaire est biologiste du développement, directeur de recherches CNRS au CRBM à Montpellier. Les recherches conduites dans l’équipe qu’il anime portent sur le rôle de la communication cellulaire dans formation des embryons de petits animaux marins, les ascidies, évolutivement proche des vertébrés.   Son engagement associatif pour la recherche et l’enseignement supérieur remonte à la création de Sciences en Marche en 2014, puis à sa participation à l’organisation de la Marche pour les Sciences en 2017. Il est actuellement président de la Société Française de Biologie du Développement.

  • 8 avril 2020
    Comité national pilote d'éthique du numérique - Bulletin de veille n°1
    AccueilRéflexions et points d’alerte sur les enjeux d’éthique du numérique en situation de crise sanitaire aiguë: Ce premier bulletin de veille du Comité national pilote d’éthique du numérique présente le contexte et développe deux points spécifiques. D’une part les questionnements éthiques liés à l’usage des outils numériques dans le cadre d’actions de fraternité, et d’autre part celui des enjeux éthiques liés aux suivis numériques pour la gestion de la pandémie. Le site  web du CNEN. Le lien de téléchargement du bulletin.
     

  • 8 avril 2020
    Débat SIF LPPR avec Antoine Petit, le 14 avril 2020
    À la suite d'une première webconf, le débat entre adhérents afin d'éclairer la SIF sur la future Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) se continue.  Le 14 avril 2020 de 9h, 60 inscrits ont suivi l'exposé d'Antoine Petit, informaticien, président du CNRS, et participé au débat.  Antoine a partagé avec nous le document « Propositions du CNRS dans le cadre de la préparation de la LPPR » ainsi que ses transparents.  Après la fin de l'intervention d'Antoine, la discussion s'est continuée entre adhérents à micro ouvert.  La retranscription vidéo de l'ensemble peut être visionnée sur le canal de la SIF. Prochains numéros prévus :
    • Le 21/4/2020 : Patrick Lemaire, animateur du collectif des sociétés savantes.
    • le 28/4/2020 : Christine Musselin, sociologue et directrice scientifique de Sciences Po.

  • 1 avril 2020
    Débat sur la LPPR : webconf SIF avec Sebastian Stride le 7 avril 2020
    Malgré le confinement, la vie de la SIF continue.  En particulier, la discussion préparatoire à la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) reste d'actualité.   Le débat est vif, mais a souffert d'un déficit d'information.  Le CA de la SIF propose de profiter de cette période pour ouvrir un débat serein, ouvert à tous nos adhérents ; autant que faire se peut, en se basant sur des faits objectifs et en écoutant différents point de vue bien informés.

    Ainsi, a été organisé le mardi 7 avril matin une première webconf avec Sebastian Stride, co-auteur du rapport “French Research Performance in Context”. Cf. résumé ci-dessous. Quarante adhérents de la SIF ont participé à un échange vif et instructif.  Vous trouverez ici les transparents ; la discussion textuelle est ici ; et la captation vidéo/audio ci-dessous.
    Suivront d'autres webconfs pour continuer le débat.  Sont d'ores et déjà prévus :

    RÉSUMÉ
    Le rapport French Research Performance in Context vise à répondre à deux questions :
    • à quoi ressemble la performance française en recherche, comparée à celle d'autres pays ?
    • quels sont les facteurs qui permettent de l'expliquer ?
    Le rapport s'intéresse à la performance au sens étroit du terme : la visibilité de publications telle que mesurée par les indicateurs bibliométriques macro (production et citations par article). Nous sommes très conscients de l'importance de l'impact social de la recherche mais n'explorons pas cette question dans ce rapport parce que l'objet de l'étude était la visibilité académique au sens classique du terme. (Par ailleurs, dans d'autres contextes, nous essayons d'étudier d'autres dimensions, par exemple en cartographiant l'alignement des projets de recherche avec les ODD).
    La première partie est simple: il s'agit d'un état de l'art qui montre de manière claire que la recherche française (comme l'allemande) est sous-performante quel que soit le critère utilisé pour la comparer à celle d'autres pays. Tous les critères que nous avons pu tester et l'ensemble de la litérature scientifique que nous avons pu consulter vont dans cette direction. Mais évidemment, le débat est ouvert à toute nouvelle donnée sur ce point!
    La deuxième partie est beaucoup plus spéculative puisqu'elle vise à expliquer ce déficit de performance. Nous émettons cinq hypothèses:
    • un problème de financement, réel, mais qui reste insuffisant à justifier les tendances observées ;
    • des questions historiques et linguistiques, liées à l'émergence d'un système globalisé d'ESR à partir des années 1970 ;
    • des raisons structurelles, associées en particulier au modèle français dans lequel les grandes écoles et organismes nationaux de recherche jouent un rôle important;
    • une question de RH, dans laquelle ce qui prime est moins le pouvoir de l'argent que la flexibilité et les conditions de travail;
    • une question d'autonomie, de gouvernance et d'accountability.
    Le rapport a été rédigé par un groupe de chercheurs de SIRIS Academic  un cabinet aux interfaces entre le monde du conseil et celui de la recherche, partenaire scientifique de plusieurs projets nationaux et Européens (dont une ERC).

  • 30 mars 2020
    Lettre ouverte à Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation concernant les conséquences de la crise Covid19 sur les personnels et laboratoires de la recherche publique.
    Madame la Ministre, Au moment où l’urgence sanitaire justifie les strictes mesures de confinement prises par le gouvernement, et alors que la communauté scientifique s’est organisée pour lutter de la manière la plus efficace contre l’épidémie de COVID, les sociétés savantes signataires approuvent vos ​annonces récentes concernant le soutien aux étudiants, ainsi que la prolongation automatique ​des titres de séjour pour une durée de 3 mois​. Les signataires recommandent une mise en oeuvre rapide de ces décisions. Ces mesures doivent être encore étendues afin de soutenir au mieux les personnels et stagiaires de l’Enseignement Supérieur et la Recherche les plus fragiles économiquement et socialement et de permettre un redémarrage des laboratoires de recherche dans les meilleures conditions. Il est en particulier important :
    • que les contrats des personnels non fonctionnaires de l’enseignement supérieur employés comme agents vacataires dans leur établissement soient systématiquement maintenus pendant la période de fermeture des universités et que les vacations prévues soient intégralement payées. Ces mesures doivent concerner les doctorants, les autres étudiants ainsi que les personnels non étudiants de la recherche publique (Post-docs, etc.). Elles doivent aussi s’appliquer aux chargés de cours, même si le service présentiel n’a pu être assuré, ​et alors que tous les personnels s'investissent dans l'accompagnement des étudiants​.
    • que la date de dépôt des candidatures aux recrutements (PR, MCF, ATER notamment) soit repoussée significativement pour tenir compte des situations d’empêchement auxquelles sont confrontés les candidats pendant la période de confinement. Aucune date limite de dépôt ne doit être antérieure à la fin de cette période.
    • que les contrats doctoraux et les contrats de travail des personnels post-doctoraux et de soutien à la recherche soient prolongés d'une durée correspondant aux mois perdus. Ces prolongations doivent s’appliquer à l’ensemble des contrats gérés par les organismes de recherche et les établissements d’enseignement supérieur, que l’origine des fonds soit publique ou privée.
    • que les contrats de recherche des laboratoires gérés par les organismes de recherche et les établissements d’enseignement supérieur soient prolongés automatiquement d'une durée ​a minima égale à la période d’inaccessibilité des lieux où ces activités de recherche sont ordinairement exercées. Dans certaines disciplines, cette prolongation doit prendre en compte que l’arrêt des laboratoires pendant le confinement impactera l'activité de recherche sur des périodes beaucoup plus longues.
    • que des instructions soient données aux établissements d’enseignement supérieur et aux organismes de recherche pour clarifier par une décision uniforme au plan national la situation (maintien des gratifications, critères de validation) des stagiaires en laboratoires publics dont le stage a été interrompu, afin que leur année puisse être validée.Nous vous remercions pour l’attention que vous porterez à ce courrier et vous assurons de nos sentiments respectueux.
    Sociétés signataires : Association des Enseignants-Chercheurs en Psychologie des Universités, Association Française d'Ethnologie et d'Anthropologie, Association Française de Science Politique, Association Française pour l'Intelligence Artificielle, Association Française de Sociologie, Association des Germanistes de l'Enseignement Supérieur, Association des Historiens Contemporanéistes de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Association des Professeurs d'Archéologie et d'Histoire de l'Art des Universités, Association des Professeurs d'Histoire et Géographie, Comité National Français de Géographie, Société d'Etudes Anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, Société Française d'Alcoologie, Société Française d'Astronomie et d'Astrophysique, Société Française de Bioinformatique, Société Française de Biologie du Développement, Société Française de Botanique, Société Française d’Ecologie et d’Evolution, Société Française de Génétique, ​Société française de Numismatique, ​Société Française de Psychologie, Société Française de Virologie, Société des Historiens Médiévistes de l'Enseignement Supérieur Public, Société Informatique de France, Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles, Société des Professeurs d'Histoire Ancienne de l'Université, Société de Sociologie du Sport de Langue Française.
    page1image9555904 page1image9554752

  • 25 février 2020
    Samedi 6 juin 2020, journée Info Sans Ordi à Lyon !
    Vous vous demandez comment on peut jouer et faire jouer avec des algorithmes, de l’intelligence artificielle, de la gestion de mémoire ou d’autres concepts informatiques ? Vous êtes curieux.se de voir un tour d’informagie ? Vous pensez que ces concepts ne sont abordables qu’à partir du collège* ? [caption id="attachment_8881" align="alignleft" width="300"] Crédits photo : © Inria / Photo G. Scagnelli[/caption] Venez jouer, découvrir, et même créer et animer des activités informatiques débranchées si vous le souhaitez. Vous repartirez avec plein d’idées que vous pourrez reproduire avec vos élèves, en famille ou avec tout autre public. Tout au long de la journée, testez des activités animées par des intervenants spécialistes de l’informatique sans ordinateur.   (*La plupart des activités proposées se déclinent facilement au primaire et au secondaire. Certaines activités sont également adaptées à un niveau maternelle)    

    LE PROGRAMME DE LA JOURNEE

    Au cours de quatre créneaux d’1h vous pourrez découvrir des activités ludiques débranchées, testées et approuvées pour des publics variés. Et si vous avez une idée ou simplement une ébauche d’activité, vous pourrez être accompagné.e pour aider à la faire mûrir.

    LES INTERVENANTS

    Voici la liste des animateurs de la journée, tous chercheurs et informaticien.nes spécialistes de l'informatique débranchée et membre du groupe InfoSansOrdi :
    • Marie Duflot-Kremer (Cache-cache avec la RAM, IA avec des gobelets, …)
    • Pascal Lafourcade (Codage de la musique, l'indécidabilité du problème de l'arrêt, ...)
    • Malika More (Le crêpier psychorigide, la magie des codes correcteurs, ...)
    • Natacha Portier (Marmottes, Barmaid aveugle…)
    • Nathalie Revol (Tri systolique, tour de magie binaire, …)
    • Anne Rasse (Le base-ball multicolore, ...)
    • Jean-Marc Vincent (Le facteur, Alice déménage, ...)
    • Benjamin Wack (Cargot-bot, ...)

    LES ACTIVITÉS DÉBRANCHÉES

    Ci dessous une liste (non exhaustive !) des activités qui seront proposées le 6 juin.
    À noter que du matériel sera disponible sur place pour imaginer et développer d'autres activités que celles proposées pour le moment.
    Les marmottes au sommeil léger Un groupe de marmottes doit creuser un nouveau terrier pour l'hiver, en minimisant le bruit dû aux déplacements desdites marmottes pendant l'hibernation. Une façon surprenante de parler de compression de texte, accessible dès la fin de primaire
    La barmaid aveugle avec des gants de boxes Une barmaid peut-elle, avec des gants de boxe et sans voir le contenu d'un plateau, s'assurer d'avoir tous les verres sur le plateau orientés de la même façon ? Et même si un plaisantin tourne le plateau de temps en temps ? Une activité pour parler d'automates en primaire ou secondaire.
    Le tri systolique Cette activité, conçue pour pouvoir être abordée dès le primaire voire la fin de maternelle, présente un algorithme de tri original, qui va plus vite que tous les algorithmes de tris classiques et qui de fait peut être testé avec de grands groupes. On aborde la notion d'algorithme au travers d'un exemple particulier, qui implique tous les participants, (presque) quelle que soit la taille du groupe (testé à plus de 60 personnes). Dans un deuxième temps on peut réfléchir à la correction de l'algorithme (pourquoi il marche) mais également à sa complexité (en combien de temps/d'étapes il termine).
    Cache-cache avec la RAM Si vous doutez de pouvoir parler de gestion de mémoire avec des élèves du début de primaire au secondaire inclus, venez découvrir cette activité, testée dès le CE1 où l'on coopère, on court, on réfléchit, on calcule un peu tout en découvrant à quoi ressemble l'architecture d'un ordinateur.
    De l'IA avec des gobelets L'intelligence artificielle vous évoque des robots ou une immense salle pleine de serveurs informatique qui calculent frénétiquement ? Avec cette activité vous verrez que l'on peut parler d'intelligence artificielle, et plus particulièrement d'apprentissage, avec un matériel très simple et abordable en primaire et secondaire
    Routage élastique Le but de cette activité est de comprendre les principes qui régissent le fonctionnement du réseau Internet. Pour ce faire, les participants incarnent un routeur et ont pour tache de coopérer pour acheminer l'information qu'ils reçoivent vers le destinataire final. Comment font-ils ? Quels algorithmes mettre en place pour assurer que l'information circule correctement ? Quels enjeux cela pose-t-il ? C'est ce que l'activité permettra de découvrir. Accessible dès le primaire.
    Tours de magie binaire Deux tours d’informagie (néologisme qui désigne la rencontre entre informatique et magie) pour les jeunes élèves (à partir du primaire) sont proposés. Ces deux tours sont facilement réalisables car ils ne font intervenir que des cartes en papier. Et les élèves, une fois qu’ils auront compris comment ils fonctionnent, deviendront à leur tour des informagiciens ! Ces deux tours de magie reposent sur un même principe qui permet d'aborder de deux manière différentes la notion de codage de l'information en binaire.
    Réseau de tri et jeu du robot Ces deux activités peuvent être réalisées par des élèves de primaire et de maternelle, et font découvrir les algorithmes, la programmation, tout en se déplaçant en chaussettes sur un drap posé au sol. Elles permettent même de prononcer le mot "parallélisme" (informatique bien évidemment) devant des élèves de grande section. Testé et approuvé !
    Alice déménage Sa voiture étant un peu petite, Alice doit fixer des cartons de déménagement de différentes tailles sur le toit. Ils doivent être placés dans le bon sens afin de ne pas les abîmer. Plus la pile sur le toit est haute, moins la voiture est aérodynamique et plus elle consomme d’essence... Elle cherche donc à les empiler en minimisant la hauteur et sans dépasser la hauteur du toit. Quelles stratégies peut-elle mettre en place ? En existe-t-il une optimale ? C'est ce que nous allons découvrir à travers cette activité.

    LES INFOS PRATIQUES

    La journée a lieu le samedi 6 juin de 9h à 17h30 à la Maison des mathématiques et de l'informatique de Lyon (MMI) : 1 Place de l'École, 69007 Lyon. Un brunch convivial sera organisé le midi.
    Participation aux frais :
    • Enseignants de maternelle, primaire et secondaire, adhérents de la SIF : 10€
    • Autres : 30€
    Attention : le nombre de places est limité
     
    Pour les règlements par bons de commande, merci de les éditer au nom de :
    Société Informatique de France
    11 rue Pierre et Marie Curie
    75005 Paris
    et de les envoyer par mail à tresorier@societe-informatique-de-france.fr
     
    Pour toute demande d'informations, merci d'écrire à journee-mediation@societe-informatique-de-france.fr

    LES PARTENAIRES

     

  • 10 février 2020
    Journée Recherche SIF sur la reproductibilité de la recherche
    https://www.societe-informatique-de-france.fr/journee-reproductibilite/

  • 3 février 2020
    Atelier Compétences IA - Besoins de Compétences en IA : échanges industrie/enseignement
       

    L'atelier est reporté, mais les partenaires souhaitent associer les personnes inscrites pour avancer sur la question.

    En effet, nous souhaitons tirer parti de ce report pour avancer sur la préparation des travaux de l’Atelier. Vous êtes inscrit(e) à l’Atelier « Compétences IA - Besoins de Compétences en IA : échanges industrie/enseignement ». Nous mettrons prochainement à disposition de l’ensemble des personnes inscrites un espace de travail en ligne permettant de partager des documents préparatoires à l’Atelier et organiser les premiers échanges.   ---------- À propos de l'atelier

     Le rôle de l’Intelligence Artificielle dans l'activité quotidienne des entreprises industrielles est en pleine croissance et les compétences requises pour ces utilisations de l’IA sont multiples et en constante évolution.

    Actuellement, la demande en compétences IA des industriels n’est pas suffisamment couverte par le marché de l’emploi : la demande est largement supérieure au nombre de profils disponibles et les formations existantes ne sont pas toujours bien adaptées pour créer ces nouvelles compétences. Or l’adéquation entre besoins et offres de formation en IA est indispensable, pour créer de nouveaux emplois et soutenir le développement des entreprises. La Société Informatique de France (SIF), la Société des Ingénieurs de l'Automobile (SIA) et le Hub France IA, soutenus par la PFA Filière Automobile et Mobilités, proposent donc un Atelier " Besoin de compétences en IA : échanges industrie/enseignement ". L’Atelier s’organisera autour de 4 macro-compétences : gouvernance des données, formation de chef de projet IA, Data Science, infrastructure informatique. Pour chacune d’entre elles, les industriels décriront de manière précise les compétences qu’ils recherchent, ensuite les enseignants mettront en regard les formations existantes, ensemble industriels et académiques dresseront les recommandations en termes d’évolution à apporter aux formations existantes ou de nouvelles formations à créer. Des représentants d’autres filières industrielles seront également présents et invités à formuler les besoins spécifiques en compétence IA de leur filière. Des représentants des filières industrielles automobiles (PSA, Renault, Valeo, Continental, Bosch, Faurecia, Hutchinson, Plastic Omnium) et d’autres filières (Airbus, SNCF, RATP, La Poste, L’Oréal, Malakoff Médéric -liste à confirmer- etc.) seront présents et décriront les besoins spécifiques en compétences IA de leur filière. Des porteurs de formation en IA (IUT, universités, écoles, formations initiale et continue etc.) et des institutions gouvernementales de soutien à l’IA (ANR, MESRI-DGSIP etc.) seront également présents. A l’issue de l’Atelier, un plan d’action sera mis en place pour formuler des recommandations.

    A QUI S'ADRESSE CET ATELIER ?

    Cet atelier s'adresse :
    • aux porteurs de formation en IA dans l’enseignement supérieur (IUT , universités, écoles, formation initiale et continue)
    • aux experts et managers chargé de développer l’intelligence artificielle dans l’industrie et les services
    • aux responsables de formation ou ressources humaines qui développent des compétences en IA
    • aux acteurs soutenant le développement de l’IA dans les institutions privées et publiques.

    Pour s'inscrire suivre ce lien.

    Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA), 2 rue de Presbourg - 75008 PARIS

    13h30 : Accueil Emmanuelle PERES, Directrice adjointe de la PFA, en charge des compétences, de l’emploi et de la formation 13h45 : Présentation des besoins en compétences par les intervenants industriels Travail en sous groupe
    • la gouvernance des données
    • la formation de chef de projet IA
    • la Data Science
    • l'infrastructure informatique
    Les sous-groupes enchaîneront les séquences suivantes :
    • Expression des besoins
    • Description des formations existantes
    • Réflexion sur les évolutions possibles des formations pour répondre aux besoins.
    16h15-17h : Restitution des ateliers 17h-17h30 : Conclusion de la journée

  • 31 janvier 2020
    « 1 scientifique — 1 classe : Chiche ! » : lancement de la phase pilote du programme dans l’Académie de Lyon
    Le 31 janvier 2020 « 1 scientifique — 1 classe : Chiche ! » : lancement de la phase pilote du programme dans l’Académie de Lyon Annoncé le 20 novembre 2019 lors du Salon Educatec-Educatice, avec la signature d’une convention par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et Bruno Sportisse, PDG d’Inria, le programme « 1 scientifique — 1 classe : Chiche ! », débute sa phase pilote. Avec le soutien de la direction du numérique pour l’éducation du ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse et l’appui de l’académie de Lyon, les premières interventions de scientifiques du CNRS, de la Fondation Blaise Pascal, d’Inria et de la Société informatique de France (SIF) débutent la semaine prochaine dans quatre lycées de la région lyonnaise à l’occasion du congrès de la SIF. Un programme ambitieux pour rapprocher les élèves de seconde et les scientifiques du numérique Ce programme s’adresse aux classes de seconde des lycées d’enseignement général et technologique, ainsi qu’aux classes de seconde professionnelle, et se fonde sur la rencontre entre une classe et un ou une scientifique. Il s’inscrit dans le cadre du nouvel enseignement Sciences numériques et technologie (SNT), mis en place depuis la rentrée scolaire 2019. À travers un échange entre les élèves et la ou le scientifique, l’objectif est double ; d’une part, incarner un parcours et une expérience de vie de chercheur ou de chercheuse et d’autre part illustrer le fait que des recherches de haut niveau fondent les usages numériques quotidiens. Il s’agit de donner aux élèves quelques clés de compréhension sur l’évolution du monde numérique dans lequel ils vivent, et si possible d’encourager des vocations, en particulier chez les jeunes lycéennes influencées par des stéréotypes de genre alors qu’historiquement les premiers informaticiens étaient des informaticiennes.
    Lancement de la phase pilote Le programme Chiche va se déployer dans un premier temps sur des sites pilotes jusqu’en juin 2020. À l’occasion du congrès annuel de la Société Informatique de France qui se tient à Lyon les 4 et 5 février, les premières interventions démarrent cette semaine avec le soutien de la direction du numérique pour l’éducation du ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse et l’appui de l’académie de Lyon, avec des interventions auprès d’élèves de seconde de quatre lycées, assurées par des représentants des partenaires du projet :
    • Sylvie Alayrangues Présidente du Conseil Scientifique de la Fondation Blaise Pascal et Pierre Paradinas, Président de la SIF, au Lycée Jean-Paul Sartre, Bron ;
    • Ali Charara directeur de l’Institut des sciences de l'information et de leurs interactions du CNRS, au Lycée la Martinière Montplaisir, Lyon ;
    • Marie Duflot-Kremer, VP-Médiation de la SIF, au Lycée Charlie Chaplin, Décines ;
    • Bruno Sportisse, PDG d’Inria, et Serge Abiteboul, Président du Conseil stratégique de la Fondation Blaise Pascal, au Lycée Frédéric Fays, Villeurbanne.
    Des interventions vont débuter également dans les académies de Montpellier, Nancy-Metz, Nantes et Nice. D’autres académies rejoindront le projet dans les prochaines semaines. Un bilan qualitatif et quantitatif de cette première phase sera ensuite réalisé avant de passer à un déploiement généralisé.
    Les autres partenaires impliqués dans le projet « 1 scientifique — 1 classe : Chiche ! » sont :
    • le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse (MENJ),
    • la société de Mathématiques Appliquées et Industrielles (SMAI),
    • la conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs (CDEFI),
    • l’association Class’Code,
    • Femmes et Sciences,
    • la fondation Inria.
    Contacts presse : SIF Pierre Paradinas – president@societe-informatique-de-france.fr

  • 31 janvier 2020
    La spécialité NSI et les formations post-bac
    https://www.societe-informatique-de-france.fr/les-journees-sif/la-specialite-nsi-et-les-formations-post-bac/