separateur

  • 3 décembre 2019
    Sciences & Médias 2020 : Femmes scientifiques à la Une !

    Organisées tous les deux ans par la SFP, la SCF, la SMF, la SIF, la SMAI, la SFdS, la BnF et l'AJSPI, les journées Sciences & Médias rassemblent journalistes, médiateurs, auteurs et scientifiques autour de la question de la place des sciences dans les médias.

    Comment améliorer la représentation des femmes scientifiques dans les médias ?

    Le thème abordé cette année concerne les femmes scientifiques, peu présentes dans les médias. Cette absence n’est pas seulement due à la faible proportion de femmes dans certaines disciplines scientifiques, mais à d’autres ressorts propres au fonctionnement des médias et de la communauté scientifique. La journée s’articulera autour d’exposés et de tables rondes, réunissant journalistes, scientifiques et médiateurs, qui feront un état des lieux et proposeront des solutions :
    • Quelle est la représentation des femmes scientifiques dans les médias ?
    • Quel rôle joue le vocabulaire utilisé pour les noms de métier, et au-delà ?
    • Quelles bonnes pratiques peuvent être mises en œuvre par les institutions scientifiques ? Et par les médias ?
    Inscription (gratuite mais obligatoire) : http://sciencesetmedias.org/inscriptions.php
    À noter que cet événement sera également diffusé en direct sur la chaîne YouTube de la BnF

  • 21 novembre 2019
    50 ans d'Internet - Les vidéos sont en ligne.

    La SIF a fêté les 50 ans d'Internet !!

    Le 29 octobre 2019 !

    Pour rendre hommage à la première connexion établie entre deux universités américaines (voir en bas de la page), la SIF a organisé un évènement spécial le mardi 29 octobre 2019 de 17h à 19h30 au CNAM. Retrouvez les présentations des intervenants en allant sur la page officielle de l'évènement.

  • 25 septembre 2019
    Octet Vidéo 2019 - L'informatique en 256 secondes

    Parlez de l'informatique que vous aimez en moins de 5 minutes !

    Vous êtes enseignant et/ou passionné(e) de science informatique ? Vous aimez les défis ? Vous vous sentez l’âme d’un(e) vidéaste ? N’attendez plus ! Prenez votre smartphone, webcam, ou  caméra : vous avez 256 secondes (~4 min) pour partager la pépite de science qui vous fascine...
    PARTICIPATION ET GUIDE TECHNIQUE Pour la première fois cette année, le concours comporte deux catégories de soumission :
    • Scolaire (classes du primaire ou du secondaire)
    • Passionné(e) de science informatique
    Qui peut participer ? Toutes et tous, en individuel ou en équipe, de 5 à 105 ans Inscription par email : octetvideo@societe-informatique-de-france.fr Soumission de la vidéo : au plus tard le 6 janvier 2020 Des questions sur les caractéristiques techniques ? Des doutes sur la réalisation ? Consultez notre guide technique, ou contactez-nous !
    LE PARRAIN DE L'ÉDITION 2020 FREDERIC COURANT - Plus connu sous son surnom de Fred, il a été l’animateur de l’émission de vulgarisation scientifique « C’est pas sorcier » sur France 3 de septembre 1993 à juin 2013, aux côtés de Jamy Gourmaud. Depuis 2015, il a créé le média « éducatif » L’Esprit Sorcier et anime L'Esprit Sorcier - Le Mag.
    LES CRITÈRES DE SÉLECTION Le jury appréciera particulièrement les vidéos qui satisfont un ou plusieurs des critères suivants :
    • originalité du sujet ou du point de vue utilisé pour le traiter,
    • aptitude à susciter une vocation pour la science informatique,
    • sensibilisation aux enjeux sociétaux de la science informatique,
    • capacité à expliquer en langage simple un point de science informatique

    LES PRIX
    • Catégorie scolaire : PRIX dotation en matériel
    • Catégorie passionné : PRIX prix Universcience
    La remise des prix se déroulera lors du congrès de la SIF qui se déroulera les 4 et 5 février 2020 à Lyon. Les vidéos seront mises en ligne aussi par la SIF, de manière ouverte avec une licence Creative Commons choisie par l’auteur(e).
    LE JURY Un jury composé notamment d’informaticiens et de spécialistes de la médiation scientifique réalisera une première sélection de vidéos dont la diffusion et la promotion seront assurées par la SIF et ses partenaires.
    Philippe Aigouy
    Réalisateur Video Sud Production
    Sylvie Alayrangues
    Maître de conférences en informatique Université de Poitiers
    Fred Courant
    Cofondateur, Rédacteur en chef de l’Esprit Sorcier
    Steven De Oliveira
    Ingénieur R&D chez OCamlPro Lauréat de l’édition 2018 du concours #ScienceInfoStream
    Marie Duflot-Kremer
    Vice-présidente médiation SIF Maître de conférences en informatique Université de Lorraine
    Didier Michel
    Directeur de l’AMCSTI
    Audrey Mikaëlian
    Journaliste scientifique spécialisée en audiovisuel
    Nathalie Revol
    Chargée de recherche à l’INRIA
    Olivier Serre
    Chargé de recherche CNRS Chargé de mission INS2I CNRS Université Paris-Diderot
    Fabien Tarissan
    Président du jury Vice-président médiation SIF Chargé de recherche CNRS ENS Paris-Saclay
    Françoise Tort
    Experte scientifique associée à la production des contenus pédagogiques (Pix) Maître de Conférence en informatique ENS Paris-Saclay

    LES LAURÉATS DES ÉDITIONS PRÉCÉDENTES https://www.societe-informatique-de-france.fr/mediation/laureats-du-concours-video-scienceinfostream-2019/ https://www.societe-informatique-de-france.fr/mediation/laureats-du-concours-video-scienceinfostream/
    LES PARTENAIRES 2019

  • 18 juillet 2019
    À propos de l’enseignement informatique en CPGE

    Paris, le 17 juillet 2019 Note envoyée aux directions du MENJ et du MESRI. La Société informatique de France (SIF) s'est réjouie de l'annonce de la création de la spécialité Numérique et sciences informatiques (NSI). Elle a mobilisé toutes ses forces pour favoriser son déploiement dès la rentrée 2019 : en contribuant à la définition des programmes par des commentaires et des suggestions constructives, en soutenant l'organisation du diplôme interuniversitaire de formation pour les futurs enseignants de NSI (DIU) sur l'ensemble du territoire et en accompagnant la mise en place de préparations universitaires au CAPES qui va ouvrir en 2020. Depuis l'annonce de la création de la spécialité NSI, la SIF se préoccupe de l'offre de formation proposée après le bac aux élèves qui auront suivi cette spécialité. La SIF a organisé une réunion de travail le 17 avril sur ce thème avec l'ensemble des partenaires concernés. De manière claire, il est crucial d'adapter les propositions de formation aux nouveaux profils, et en particulier l'offre en CPGE. Nous nous réjouissons donc de l'annonce « officielle » de la création d'une filière MPI en CPGE, mais nous restons vigilants sur sa mise en place, afin que le volume horaire consacré à l’informatique soit suffisant. Le monde est devenu numérique et tous les ingénieurs, quelle que soit leur spécialité, auront à utiliser intensivement des outils numériques avancés. Une formation en science informatique est donc indispensable pour tous les ingénieurs, quels qu'ils soient, tout comme une formation en sciences mathématiques et en science physique. La dénomination MPI correspond bien à ce que nous attendons d’une filière mettant l’accent sur l’informatique : des enseignements de mathématiques, de physique et d'informatique, afin de pouvoir intégrer des grandes écoles généralistes, et de façon privilégiée des grandes écoles spécialisées en informatique. En effet, ces trois disciplines scientifiques complémentaires sont à même de donner une formation complète pour de futurs ingénieurs. Pour que cette filière MPI soit attractive pour les élèves ayant choisi la spécialité NSI en Terminale, elle doit s'inscrire dans la cohérence de ce choix. Il convient donc que le volume horaire d'informatique en 1reannée de CPGE soit supérieur (idéalement strictement) au volume horaire de Terminale, dès le premier semestre, à savoir 6 heures, et non pas 4. Ce dernier chiffre serait perçu comme une régression, surtout en comparaison avec le volume d’informatique important que les écoles d’ingénieurs avec prépas intégrées et les bachelors offrent déjà. Il serait en contradiction avec l'esprit de la réforme de ne pas conforter l’acquis de NSI en CPGE pour fournir aux écoles d'ingénieur des élèves les mieux formés possible. Car il s'agit aussi d'éviter la fuite de ces élèves à l'étranger où ils peuvent trouver des formations spécifiquement centrées sur les mathématiques et l'informatique. On observe par exemple déjà une attraction significative d'écoles comme l'EPFL sur les meilleurs élèves de lycées. Il est fondamental que cette filière MPI soit prolongée en 2e année, avec le même équilibre qu'en 1re année, voire un volume supérieur d’informatique, et qu’elle permette de présenter les concours dans toutes les écoles. L'association Talents du Numérique rassemble des entreprises, des syndicats professionnels, et des réseaux d'entreprises du numérique (Syntec-Numérique, Cigref et Cinov-IT, etc). Elle a exprimé clairement les besoins cruciaux de recrutement dans ce secteur où l’on observe un manque criant de diplômés (10 000 environ chaque année). Le manque d'ingénieurs spécialistes du numérique et d'ingénieurs spécialisés dans un autre domaine mais ayant des compétences informatiques de haut niveau est un risque majeur pour la stratégie nationale d'innovation, comme établi par France Stratégie et la Daress (https://talentsdunumerique.com/le-numerique/metiers-avenir). Nous sommes très confiants dans les débouchés de cette filière et nous souhaitons la promouvoir auprès des lycéens, de leurs familles et des personnes en charge de l'orientation. En partenariat avec Talents du numérique (TdN), la SIF est en train d'élaborer un document à leur destination. Nous y avons intégré les conseils de choix de spécialités au lycée pour poursuivre en CPGE. Tous les métiers intégreront demain de plus en plus d’informatique. Il est donc aussi nécessaire de développer l'enseignement de tronc commun d'informatique dans les autres filières et de préserver l'option informatique en MP. C’est d’autant plus important que la spécialité NSI va s’ouvrir très progressivement dans les lycées, et que l’envolée de la filière MPI ne se fera pas tout de suite. Nous suivrons avec grand intérêt l'élaboration des programmes d'informatique en CPGE et sommes prêts à y apporter notre contribution. Il est important que l’ensemble des programmes de mathématiques, physique et informatique soient élaborés de manière concertée et harmonieuse. Il nous semble par ailleurs fondamental que la science informatique dans toutes ses dimensions, des plus théoriques aux plus pratiques, soit enseignée en classes préparatoires et que cet enseignement soit poursuivi dans les grandes écoles, pour que les entreprises françaises puissent disposer d’un grand nombre d’ingénieurs généralistes ayant des connaissances et compétences couvrant l’étendue de toute la discipline informatique. L’enseignement de l’informatique en CPGE renforce la nécessité de la création d’une agrégation d’informatique le plus rapidement possible pour permettre de constituer un corps d’enseignants d’informatique de haut niveau. Une première étape très structurante serait l'ouverture d'une agrégation dès 2022. Il existera en effet un nombre significatif d'enseignants, souvent titulaires d'un CAPES avec une option informatique, habilités ISN et formés de façon complémentaire par le DIU NSI. Ils auront en 2022 une expérience de 3 années d'enseignement de NSI et seront donc en situation idéale pour passer l'agrégation interne. D'autre part, la création du CAPES d'informatique en 2020 va permettre d'attirer vers les filières post-bac d'informatique un nouveau type d'étudiants, et surtout d'étudiantes, ceux et celles intéressés par l'enseignement au lycée, qui se dirigeaient traditionnellement vers les mathématiques ou la physique. Nous sommes en étroite relation avec l'Union des professeurs de classes préparatoires scientifiques (UPS) qui nous a indiqué que selon ses estimations, il y a actuellement en poste quelques dizaines d'enseignants de CPGE capables de prendre en charge l'enseignement d'informatique de MPI, essentiellement des enseignants agrégés de mathématiques option informatique (une vingtaine de lauréats par an). Il serait donc possible d'ouvrir dès 2021 quelques dizaines de classes MPI réparties sur l'ensemble du territoire, ce qui correspond au flux prévisible d'élèves de CPGE en provenance des spécialités Maths+NSI. Ne manquons pas cette immense opportunité pour notre pays ! Pierre Paradinas, Contact : <president@societe-informatique-de-france.fr>

  • 11 juillet 2019
    Analyse et propositions autour du programme de terminale de la spécialité NSI

    Le programme de terminale de la spécialité Numérique et Sciences Informatiques (NSI) proposé par le CSP est en ligne.

    La SIF a été invitée à rencontrer la DGESCO (Direction générale de l'enseignement scolaire) fin juin pour échanger sur le contenu de ce programme. À cette occasion, elle a rédigé une analyse du programme et un ensemble de propositions de modifications. Ces propositions résultent d'échanges menés au sein du groupe de travail interdisciplinaire sur l’enseignement des sciences au lycée (GIS), de la commission inter-irem informatique (C3I), avec l’union des professeurs de classes préparatoires scientifiques (UPS), au sein du groupe ITIC. Elles sont aussi fortement nourries par les remontées des collègues universitaires impliqués dans le diplôme inter-universitaire "Enseigner l'informatique au lycée", ainsi que par les retours des professeurs de lycée formés. [su_list icon="icon: square" icon_color="#26abe3"] [/su_list]

  • 11 juillet 2019
    Échanger au sujet de licences post NSI
    L'introduction d'enseignements d'informatique au lycée, SNT - Sciences numériques et technologie - en classe de seconde pour tous les élèves, et NSI - Numérique et sciences informatiques - en classes de première et terminale, va impacter l'enseignement universitaire de l'informatique, en particulier en première année de licence. Une liste de discussions licence-post-nsi propose un espace de réflexion commun aux divers acteurs de cette transition. Elle vise notamment à proposer un espace d'échanges et de débat inter-universités autour de ce sujet. [su_list icon="icon: square" icon_color="#26abe3"] [/su_list]

  • 5 juillet 2019
    Information sur le CAPES informatique/NSI
    Retrouvez les informations relatives au CAPES informatique/NSI sur la page ad hoc /capes-informatique Sont listées l'ensemble des préparations CAPES informatique/NSI qui ouvriront ou pourraient ouvrir à la rentrée de +septemnre 2019. D'autres informations à suivre...   https://www.societe-informatique-de-france.fr/capes-informatique/

  • 3 juillet 2019
    Maison de l'informatique et du numérique
    Lors du Congrès de l'AMCSTI, la SiF a présenté le projet Maison de l’informatique et du numérique  Texte de l'intervention, de la Minut Coop. Tous les points de vue convergent pour dire qu'à l'origine du numérique, il y a toujours de l'informatique, et que derrière toutes les innovations numériques, se cachent des innovations informatiques. Notre projet est de co-construire un espace physique réel avec des antennes sur tout le territoire. Avec QUATRE missions nationales :
    • Constituer, étudier et valoriser le patrimoine informatique et numérique français
    • Tirer parti du patrimoine pour expliquer la technologie d’aujourd’hui et de demain
    • Développer et déployer des opérations de médiation pour un très large public
    • Devenir un lieu d’échanges et de ressources pour la culture numérique  
    Il y a urgenced'étudier et de préserver le patrimoine numérique français
    • Urgence de la mémoire orale
    • Urgence de la mémoire des objets 
    • Urgence de constituer une mémoire qui aille au-delà des artefacts hardware et software 
    Il y a une Urgence  à la mise en place d’un établissement avec une dimension scientifique nationale à l’image de ce que font déjà certains de nos voisins déjà équipés.   Intéressé.e.s, prenez contact avec nous.  

  • 30 juin 2019
    Communiqué de presse : recommandations des sociétés savantes concernant la future loi de programmation pour la recherche
    Suite à la synthèse de près de 9000 réponses aux enquêtes portées par une vingtaine de sociétés savantes françaises, dont la SIF, ce collectif a effectué un travail de formulation de recommandations pour la loi de programmation pluriannuelle pour la recherche, que nous avons présentées aux trois groupes de travail ministériels.
    Vous  trouverez ci-dessous le communiqué envoyé à la presse au nom de ces sociétés.
    Communiqué de presse Recommandations des Sociétés savantes concernant la future loi de programmation pluriannuelle pour la recherche Au moment où se prépare une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, un collectif de 19 Sociétés savantes formule des recommandations sur les besoins de la recherche publique fondées sur 9000 réponses collectées lors d’une large consultation de la communauté scientifique organisée entre avril et juin 2019. Les réponses représentent un large éventail de disciplines académiques et sont issues d’enseignants-chercheurs et de chercheurs, permanents et contractuels, répartis sur tout le territoire national et travaillant dans les établissements d’enseignement supérieur, les grands organismes de rechercheet des centres de recherche en entreprise. La convergence des réponses obtenues démontre l’existence d’une voix de la communauté scientifique. Elle permet aux Sociétés savantes d’émettre une série de recommandations significatives sur l’organisation et le financement de la recherche, l’emploi scientifique, et les relations entre recherche publique et société. Ces propositions, ainsi que le cadrage financier qui les accompagne, ont été présentées aux trois groupes de travail mandatés par le Premier Ministre. Les attentes de la communauté scientifique suscitées par cette loi de programmation pluriannuelle sont fortes. Les Sociétés savantes appellent les pouvoirs publics à profiter de cette occasion unique et à prendre en compte les recommandations formulées par la communauté scientifique, exprimées à travers cette enquête nationale inédite. Patrick Lemaire au nom du collectif de Sociétés Savantes Académiques : Société Française de Biologie du Développement, Société Mathématique de France, Société Française d'Ecologie et d'Evolution, Société Française d'Astronomie et d'Astrophysique, Société des Neurosciences, Société Informatique de France, Société des Professeurs d'Histoire Ancienne de l'Université, Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles, Société des Historiens Médiévistes de l'Enseignement Supérieur Public, Société Française d'Optique, Association Française pour l'Intelligence Artificielle, Société Française de la Neutronique, Société Française des Microscopies, Comité National Français de Géographie, Association des Historiens Contemporanéistes de l'ESR, Société Française d'Exobiologie, Société Française de Statistique, Société Française de Virologie, Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication.

  • 4 juin 2019
    Colloque Claude Pair
     
    Claude Pair est un des grands pionniers de l’informatique. Un colloque réunira le 14 juin, ses amis et ses anciens élèves qui célébreront ses 85 ans. Le but de ce colloque est de décrire l'activité scientifique de Claude Pair sur la période 1963-1981, avec le programme suivant :
    9h30 accueil au Loria Matin 10h précises : début de séance
    • 12h15 : Buffet (à l'espace buffet)
    Après midi
    • 13h30 : Marie Claude Gaudel   Des structures de données aux types abstraits algébriques : de Nancy à Rocquencourt puis ailleurs
    • 13h50 : Sacha Krakowiak : Claude Pair, un pionnier de l'informatique
    • 14h  : Brigitte Jaray, Monique Grandbastien Avec Claude Pair, l’informatique dans l'enseignement secondaire
    • 14h25 : Guillaume Bonfante Dessiner des automates, le genre des langages réguliers
    • 15h00 Pause
    • 15h30 : Jo Berger Témoignage
    • 5h35 : Jean Buffet : souvenirs d’Algol 68 (titre provisoire)
    • 15h45 : Isidro Ramos  Compiler du code, compiler des modèles.
    • 15h55 : Alexandre Bourbeillon Projet Compil à Télécom Nancy
    • 16h10 : Échange
    17h précises : fin de séance Celles et ceux qui le souhaitent peuvent se joindre au repas qui suivra et qui vous permettra de retrouver quelques participants ou orgnisateurs. Pour vous inscrire à ce repas, merci d'écrire à  colloque.cpair@loria.fr avant le 10 juin : nous vous donnerons toutes les précisions pratiques.  

  • 23 mai 2019
    Vers un référentiel des publications en informatique
    Depuis mi-2018, SPECIF-Campus et le conseil des associations de la SIF ont uni leurs forces afin de mieux comprendre les pratiques de publications scientifiques en informatique et de partager cette information. Pour ce faire, un questionnaire a été réalisé par le conseil des associations de la SIF, puis il a ensuite été diffusé au sein des associations thématiques, GDR et via des listes de diffusion entre octobre et janvier 2019.
    L’objectif de de la SIF n’est pas de produire un classement alternatif à CORE par exemple, mais de rendre explicite les pratiques de publication des différentes communautés thématiques de l’informatique. Une analyse plus détaillée des résultats, notamment des questions ouvertes et des singularités thématiques, est en cours et sera diffusée prochainement.
    670 réponses aux questionnaires ont été reçues.
    Les scripts R qui permettent de traiter les réponses sont disponibles ici :
    Contact : Daniel Le Berre et Marc Shapiro
    Les principaux résultats sont agrégés ci-dessous :

    Thématique(s) de recherche

    Systèmes d'information 101
    Algorithmique, recherche opérationnelle 174
    Informatique fondamentale 156
    Réseaux 42
    Bioinformatique 27
    Systèmes informatiques 67
    Génie logiciel et programmation 82
    Intelligence Artificielle 161
    Images et géométrie, scènes, parole, signaux 93
    Interaction humain-machine 118
    Architecture des machines 17
    Informatique industrielle 13
    Modélisation-simulation pour les systèmes complexes (systèmes artificiels et naturels) 49

    Association thématique/GDR par qui vous avez reçu ce questionnaire

    ACM SIGGRAPH France 1
    AFIA 11
    AFIG 48
    AFIHM 55
    AFPC 13
    ARIA 3
    ASF 26
    ATALA 13
    ATIEF 28
    BDA 4
    EGC 28
    GDR IG-RV 63
    GDR IM 129
    GRCE 9
    INFORSID 31
    ROADEF 67
    SIF 153
    SPECIF Campus 8
    SSFAM 21
    autre 101

    Votre objectif est de publier vos résultats plutôt en revue ou dans des actes de conférence ?

    en revue 146
    dans des actes de conférence 128
    dans les deux 374
    mes actes de conférences sont publiés par des revues ! 38
    je ne sais pas 9

    Quelle est la fréquence des opportunités de publication en conférence de bonne qualité dans votre domaine ?

    plusieurs fois par an 510
    une fois par an 124
    tous les deux ans 25
    encore moins que cela 13
    je ne sais pas 23

    Est il courant dans votre domaine qu'une publication dans des actes d'une conférence permette un accès à la publication d'une version étendue de l'article dans une revue partenaire ?

    oui 455
    non 200
    je ne sais pas 40

    En cas de soumission à une revue, quel temps s’écoule-t-il en moyenne entre la première soumission et la publication de l'article ?

    moins de 6 mois 24
    entre 6 mois et un an 279
    entre un et deux ans 357
    encore moins que cela 4
    je ne sais pas 29

    L'ordre des auteurs est-il significatif ?

    oui (expliquer ci-dessous) 326
    non (ordre alphabétique par ex.) 225
    ça dépend (expliquer ci-dessous) 129
    je ne sais pas 13

    Votre laboratoire a-t-il des mesures incitatives de publication ?

    oui 187
    non 404
    ne sais pas 101

    Quels sont les canaux que vous utilisez généralement pour communiquer un même résultat ?

    arXiv/HAL/rapport de recherche/rapport de labo 413
    atelier 171
    conférence 567
    revue 426

    Est ce que la localisation d'une conférence ou d'un atelier influe sur votre choix d'y participer (pour des raisons budgétaires par exemple).

    oui 257
    parfois 280
    souvent 80
    non 76

    Utilisation des classements des revues et conférences

    CORE http://www.core.edu.au/conference-portal 353
    Scimago https://www.scimagojr.com 121
    Scopus ou équivalent (Thomson Reuters) 120
    Google scholar https://scholar.google.fr/citations?view_op=top_venues&hl=fr 176
    Autre 79

    Quel est votre principal critère dans la sélection d’un canal de publication

    son facteur d'impact 47
    sa renommée 264
    sa communauté 179
    sa thématique 175
    autre 24

    Déposez-vous systématiquement vos articles sur arXiv, HAL, etc ?

    avant la soumission (quand le résultat est là) 54
    au moment de la soumission 113
    une fois la version finale envoyée 280
    quand j'y pense 185
    jamais 59

    Privilégiez-vous les revues ou conférences qui mettent à disposition de tous les articles publiés (open access) ?

    oui 95
    souvent, mais ce n'est pas systématique 202
    non 356
    ne sais pas 38

    Prise en compte des diffusions locales ou nationales

    séminaires d'équipe 95
    séminaire de laboratoire 77
    séminaire (dans un autre laboratoire) 164
    congrès/ateliers (sans actes) 154
    conférence (avec actes) 470

    Les communications dans les conférences nationales sont-elles en français ou en anglais ?

    plutôt en français 300
    plutôt en anglais 143
    au choix des participants 208

  • 12 mai 2019
    Plus d’ambitions climatiques !

    La Société informatique de France est signataire de

    Appel urgent à agir pour limiter le changement climatique et inverser la perte de biodiversité de la part des Sociétés Savantes

    Dans la tribune ci-dessous, le conseil d'administration de la SIF éclaire le pourquoi de cette signature et donne quelques éléments relatifs aux enjeux environnementaux liés au secteur du numérique. [su_list icon="icon: square" icon_color="#26abe3"] [/su_list]   separateur Conseil d'administration de la Société informatique de France, avril 2019. Le secteur du numérique a un impact direct significatif et en forte croissance sur l'environnement. Il multiplie également, via de multiple effets indirects, les impacts environnementaux d'autres secteurs. Le tout pour des bénéfices peu maîtrisés.

    —o—O—o—

    À l'échelle mondiale, les technologies du numérique sont responsables d'environ 4 % des émissions de gaz à effet de serre (GES), soit plus que celles engendrées par l'aviation civile ! Le secteur du numérique a aussi un taux de croissance beaucoup plus important (+8 % par an), et est responsable de 10 % de la consommation électrique mondiale, tout cela sans compter les systèmes embarqués dans l'électroménager ou les moyens de transports. Ses impacts directs sur le changement climatique sont donc largement significatifs et en très forte croissance. L'urgence climatique tend à focaliser notre attention sur les émissions de GES ; toutefois, l'extraction et le raffinage des métaux puis la production des composants nécessaires à la réalisation des équipements électroniques ainsi que leur recyclage sont aussi des sources considérables de pollution : métaux lourds (cuivre, nickel, zinc, étain, plomb, arsenic, gallium, germanium, indium, mercure, sélénium, thallium), phtalates (plastifiants), solvants, composés chimiques perfluorés, dioxine, furane et autres métaux ou composés chimiques sont déversés directement dans le sol, les eaux ou polluent l'air. Ce type de pollution est local, contrairement aux GES qui ont un effet global. Pour autant, leurs impacts sur la qualité de l'air, des sols, et de l'eau ont de graves répercussions sur la santé des populations locales et contribuent à l'érosion de la biodiversité. Le développement des technologies numériques participe aussi à l'épuisement de certaines ressources. Par exemple, au rythme actuel de production, les réserves seraient de 15 ans pour l'étain, de 16 ans pour l'or, de 20 ans pour l'argent, ou encore de 39 ans pour le cuivre, même si ces estimations doivent être prises avec précaution puisqu'elles ne tiennent compte que des réserves connues, sans considérer les futures découvertes, les améliorations technologiques, ou les évolutions économiques. Malgré tout et en dépit des progrès techniques, leur extraction finira par demander trop d'énergie, alors que la récupération de métaux dans les déchets ne dépassent pas 20 % pour les métaux les plus faciles à recycler. Les besoins des technologies du numérique en ressources naturelles sont aussi sources de problèmes socio-environnementaux : exploitation de la population locale dans les mines, conflits d'accès à l'eau ou aux ressources elles-mêmes, etc. La transition numérique nous promet la « dématérialisation » de produits ou services, mais la réalité montre des effets de « rematérialisation » importants qui peuvent limiter, annuler, voire inverser les bénéfices : par exemple, on estime que la mise en place de factures électroniques est néfaste d'un point de vue des émissions de GES à partir du moment où 35 % des factures sont imprimées par les usagers. De plus, les commodités introduites par les technologies numériques tendent aujourd'hui à multiplier la demande en services ou en produits, participant ainsi indirectement à l'accroissement de notre empreinte environnementale. Plus généralement, un des impacts sociétaux majeurs du numérique est son rôle dans l'accélération des échanges et des procédés de production. Par exemple, le numérique facilite la gestion de l'approvisionnement en flux tendu, ce qui accélère les processus de production et incite à des modes de livraison rapides. Sans remettre en cause les apports réels des technologies numériques dans la société, participant à notre confort et finalement notre bien-être, il est important de garder à l'esprit les coûts environnementaux associés (pollution, destruction des écosystèmes, réchauffement climatique, etc.). Le devenir des impacts environnementaux du numérique dépendra des technologies qui seront développées et adoptées (5G, véhicules autonomes, réalité virtuelle, intelligence artificielle, internet des objets, blockchain, etc.) et des comportements de consommation. Les politiques mises en place pour influer sur ces deux aspects revêtent ainsi un intérêt capital. Alors que la tendance est loin d'être à la sobriété numérique, ne devrions-nous pas aussi questionner la notion de progrès par rapport à la question environnementale ? Ces questions de responsabilité, d'éthique scientifique sont plus que jamais d'actualité, et en tant qu'informaticiens nous ne pouvons les éluder dans un contexte où les innovations techniques ont presque systématiquement une dimension numérique. separateur   On trouvera les sources des affirmations et données avancées ici dans

    Introduction aux impacts environnementaux du numérique, Kevin Marquet, Françoise Berthoud, Jacques Combaz 1024 – Bulletin de la société informatique de France, numéro 13 – avril 2019.


  • 8 mai 2019
    Samedi 15 juin, journée Info Sans Ordi !
    Vous vous demandez comment on peut jouer et faire jouer avec des algorithmes, de l’intelligence artificielle, de la gestion de mémoire ou d’autres concepts informatiques ? Vous êtes curieux.se de voir un tour d’informagie ? Vous pensez que ces concepts ne sont abordables qu’à partir du collège* ? [caption id="attachment_8881" align="alignleft" width="300"] Crédits photo : © Inria / Photo G. Scagnelli[/caption]   Les participants à cette journée sont venus jouer, découvrir, et même créer et animer des activités informatiques débranchées. Ils sont repartis avec plein d’idées qu'ils pourront reproduire avec leurs élèves, en famille ou avec tout autre public. Tout au long de la journée, des activités animées par des intervenants spécialistes de l’informatique sans ordinateur ont été testées.   (*La plupart des activités proposées se déclinent facilement au primaire et au secondaire. Certaines activités sont également adaptées à un niveau maternelle)

    LE PROGRAMME DE LA JOURNEE

    Au cours de quatre créneaux d’1h, se sont déroulées des activités ludiques débranchées, testées et approuvées pour des publics variés. La journée s'est terminée par une visite de l'exposition Computer Grrrls

    LES INTERVENANTS

    Voici la liste des animateurs de la journée, tous chercheurs et informaticien.nes spécialistes de l'informatique débranchée :
    • Marie Duflot-Kremer, SIF/InfoSansOrdi (Cache-cache avec la RAM, IA avec des gobelets, ...)
    • Alice Jacquier, InfoSansOrdi (Alice déménage)
    • Pascal Lafourcade, InfoSansOrdi (tours de magie)
    • Nathalie Pasquet, Fondation la Main à la Pâte (1..2..3 codez)
    • Natacha Portier, InfoSansOrdi (Marmottes, Barmaid aveugle...)
    • Nathalie Revol, InfoSansOrdi (tri systolique, ...)
    • Fabien Tarissan, SIF/InfoSansOrdi (routage élastique)

    LES ACTIVITÉS DÉBRANCHÉES

    Ci-dessous une description de la liste des activités  qui ont été proposées lors de cette journée. À noter que du matériel était disponible sur place pour imaginer et développer d'autres activités que celles proposées pour le moment.
    Les marmottes au sommeil léger Un groupe de marmottes doit creuser un nouveau terrier pour l'hiver, en minimisant le bruit dû aux déplacements desdites marmottes pendant l'hibernation. Une façon surprenante de parler de compression de texte, accessible dès la fin de primaire
    La barmaid aveugle avec des gants de boxes Une barmaid peut-elle, avec des gants de boxe et sans voir le contenu d'un plateau, s'assurer d'avoir tous les verres sur le plateau orientés de la même façon ? Et même si un plaisantin tourne le plateau de temps en temps ? Une activité pour parler d'automates en primaire ou secondaire.
    Le tri systolique Cette activité, conçue pour pouvoir être abordée dès le primaire voire la fin de maternelle, présente un algorithme de tri original, qui va plus vite que tous les algorithmes de tris classiques et qui de fait peut être testé avec de grands groupes. On aborde la notion d'algorithme au travers d'un exemple particulier, qui implique tous les participants, (presque) quelle que soit la taille du groupe (testé à plus de 60 personnes). Dans un deuxième temps on peut réfléchir à la correction de l'algorithme (pourquoi il marche) mais également à sa complexité (en combien de temps/d'étapes il termine).
    Cache-cache avec la RAM Si vous doutez de pouvoir parler de gestion de mémoire avec des élèves du début de primaire au secondaire inclus, venez découvrir cette activité, testée dès le CE1 où l'on coopère, on court, on réfléchit, on calcule un peu tout en découvrant à quoi ressemble l'architecture d'un ordinateur.
    De l'IA avec des gobelets L'intelligence artificielle vous évoque des robots ou une immense salle pleine de serveurs informatique qui calculent frénétiquement ? Avec cette activité vous verrez que l'on peut parler d'intelligence artificielle, et plus particulièrement d'apprentissage, avec un matériel très simple et abordable en primaire et secondaire
    Routage élastique Le but de cette activité est de comprendre les principes qui régissent le fonctionnement du réseau Internet. Pour ce faire, les participants incarnent un routeur et ont pour tache de coopérer pour acheminer l'information qu'ils reçoivent vers le destinataire final. Comment font-ils ? Quels algorithmes mettre en place pour assurer que l'information circule correctement ? Quels enjeux cela pose-t-il ? C'est ce que l'activité permettra de découvrir. Accessible dès le primaire.
    Tours de magie binaire Deux tours d’informagie (néologisme qui désigne la rencontre entre informatique et magie) pour les jeunes élèves (à partir du primaire) sont proposés. Ces deux tours sont facilement réalisables car ils ne font intervenir que des cartes en papier. Et les élèves, une fois qu’ils auront compris comment ils fonctionnent, deviendront à leur tour des informagiciens ! Ces deux tours de magie reposent sur un même principe qui permet d'aborder de deux manière différentes la notion de codage de l'information en binaire.
    Encodage et décodage de textes et d'images en binaire Cette activité amène les participants à réfléchir au problème de l'encodage de l'information. Après une initiation au langage binaire, les participants seront amenés à encoder et décoder du texte et des images. Comment faire ? Existe-t-il plusieurs méthodes ? Si oui, comment les comparer et évaluer leur efficacité ? Telles seront les questions abordées dans cette activité.
    Réseau de tri et jeu du robot Ces deux activités peuvent être réalisées par des élèves de primaire et de maternelle, et font découvrir les algorithmes, la programmation, tout en se déplaçant en chaussettes sur un drap posé au sol. Elles permettent même de prononcer le mot "parallélisme" (informatique bien évidemment) devant des élèves de grande section. Testé et approuvé !
    Alice déménage Sa voiture étant un peu petite, Alice doit fixer des cartons de déménagement de différentes tailles sur le toit. Ils doivent être placés dans le bon sens afin de ne pas les abîmer. Plus la pile sur le toit est haute, moins la voiture est aérodynamique et plus elle consomme d’essence... Elle cherche donc à les empiler en minimisant la hauteur et sans dépasser la hauteur du toit. Quelles stratégies peut-elle mettre en place ? En existe-t-il une optimale ? C'est ce que nous allons découvrir à travers cette activité.
    Pour toute demande d'informations, merci d'écrire à journee-mediation@societe-informatique-de-france.fr

    LES PARTENAIRES


  • 19 avril 2019
    Consultation sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche
    La SIF relaye cette initiative du collectif des sociétés savantes françaises dans le cadre de la discussion sur la future loi de programmation de la recherche.  Nous vous encourageons à répondre au sondage sur le financement de la recherche publique, afin de recueillir et de faire connaître l'opinion des informaticiens.
    Suite à l'annonce le 1er février par le Premier Ministre d'une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, un  collectif de 22 sociétés savantes a lancé une consultation en deux étapes sur les attentes majeures de la communauté académique vis à vis de cette loi.
    Un premier sondage de la communauté a recueilli plus de 3000 réponses. Leur analyse atteste des fortes attentes concernant la loi de programmation pluriannuelle et a permis d'identifier des thèmes prioritaires à aborder dans la loi (la synthèse des résultats peut être téléchargée ici).
    Sur la base des réponses à ce premier questionnaire, quatre sondages additionnels thématiques seront mis en ligne entre le 19 avril et le 10 mai :
    2) Emploi scientifique (ouverture semaine du 22 au 26 avril)
    3) Organisation administrative de la recherche (ouverture semaine du 29 avril au 3 mai)
    4) Relations entre recherche publique et société (ouverture semaine du 6 au 10 mai).
    Chaque sondage sera ouvert pour une période de 2 semaines, les premières synthèses anonymisées des réponses obtenues à chacun de ces questionnaires étant rendues publiques dès clôture et utilisées pour défendre la position de la communauté auprès des groupes de travail ministériels de préparation de la loi de programmation et des parlementaires.
    Le sondage sur le financement de la recherche publique sera ouvert du 19 avril à 10:00 au 2 mai à 12:00 à l’adresse suivante :

    Merci pour votre participation, du nombre de réponses dépendra la force de notre message.

    Cordialement,
    Patrick Lemaire
    Au nom des 22 sociétés savantes organisatrices:
    Société Française de Biologie du Développement, Société Mathématique de France, Société Française d'Ecologie et d'Evolution, Société Française d'Astronomie et d'Astrophysique, Association Française de Science Politique, Société des Neurosciences, Société Informatique de France, Association Française de Mécanique, Société des Professeurs d'Histoire Ancienne de l'Université, Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles, Société des Historiens Médiévistes de l'Enseignement Supérieur Public, Société Française d'Optique, Association Française pour l'Intelligence Artificielle, Société Française de la Neutronique, Société Francaise des Microscopies, Comité National Français de Géographie, Société Française d'Acoustique, Association des Historiens Contemporanéistes de l'ESR, Société Française d'Exobiologie, Société Française de Statistique, Société Française de Virologie, Société Francaise de Biophysique

  • 28 mars 2019
    La spécialité informatique au bac (NSI) : une immense opportunité pour l'enseignement supérieur !
    Date : mercredi 17 avril, Le hashtag  : #ScienceInfoSUP Lieu : CNAM, Paris Plus de 200 personnes ont assisté à cette journée (150 étaient sur Paris, 50 via la retransmission en direct). Un compte-rendu de la journée sera publié prochainement dans le bulletin 1024.

    Objectifs de la journée

    L’objectif de cette journée nationale était de rassembler l’ensemble des personnes en charge des formations post-bac qui vont accueillir à la rentrée 2021 des bacheliers ayant suivi  la spécialité Numérique et sciences informatiques (NSI) au lycée. En effet, après la formation commune d'environ 50 heures en classe de seconde, les élèves qui auront choisi cette spécialité en classe de première bénéficieront d'environ 140 heures de formation et ceux qui la conserveront en classe terminale d'environ 200 heures en plus. Ils auront ainsi bénéficié de près de 400 heures de formation en informatique. Il y aura donc une immense diversité dans les parcours de formation, les volumes d'enseignement et aussi dans les projets professionnels des élèves qui vont se présenter aux filières de formation scientifique de l’enseignement supérieur à la rentrée 2021.
    • Adapter l’offre de formation post-bac à cette hétérogénéité inconnue jusqu'à présent.
    • Rendre les filières actuelles de formation  en informatique dans l’enseignement supérieur attractives pour ces élèves déjà bien formés et très motivés par cette discipline.
    • Communiquer sur cette offre de formation et informer les élèves actuellement au lycée, leurs familles, les personnes ayant la charge de les aider dans leurs choix d’orientation.
    • Réfléchir au moyen d’aider les enseignants de NSI à bien préparer leurs élèves à ces nouvelles filières.

    Voici le déroulement de la journée :

    • Introduction
      • Olivier Faron, Administrateur général du CNAM Paris
      • Pierre Paradinas, Président de la SIF
                        
    • D'aujourd'hui au Bac 2021 : la mise en place de la spécialité NSI, table ronde, animée par Gilles Dowek
      • Violaine Bigot, Bureau national et responsable du groupe de travail bac -3/bac+3 de l'APEL
      • Alice Ernoult, APMEP
      • Christine Gaubert-Macon, IG de l’éducation nationale, Doyenne du groupe Économie et Gestion (MENJ) [Présentation]
      • Guillaume Herrault, Association Fédérative Nationale des Etudiants Universitaires Scientifiques
      • Samy I., élève de seconde
      • Francois Lasne, PEEP
      • Charles Poulmaire, Professeur en lycée et association des professeurs d’informatique dans le secondaire
      • Alexandre Vuillermoz, administrateur national de la FCPE
             
    • Rentrée 2021 et au delà : les attentes de l’industrie et des formations recrutant à Bac+2 ou Bac+3, table ronde animée par Christine Froidevaux
      • Henri d'Agrain, Cigref
      • Yolaine Bourda, CentraleSupelec
      • Jean-Marc Ogier, CPU, Président du comité numérique et Président de l’Université de la Rochelle
      • Jean-Louis Roch, CDEFI, directeur de Grenoble INP - Ensimag
      • Véronique Torner, Syntec Numérique
      • Christine Verdier, UFR IM2AG à l'Université Grenoble Alpes
     
    • Rentrée 2021 et au delà : les stratégies de réponse des formations recrutant après le Bac, et les propositions de l'industrie, table ronde animée par Pierre Paradinas
      • Yves Bertrand, CDUS, Licences
      • François Couraud, DGESIP, coordonnateur du Collège des conseillers scientifiques auprès de la Directrice Générale de l'Enseignement Supérieur et de l'Insertion Professionnelle
      • Joël Courtois, EPITA
      • Marc De Falco, Professeur en CPGE et vice-président de l’UPS
      • Frédéric Dufaux, Talents du Numérique
      • Frédéric Gervais, Département Informatique IUT Sénart Fontainebleau, ACDI IUT (association des chefs des départements IUT informatique)
      • Emmanuel Perrin, CDEFI, responsable du groupe «Réforme du Bac et du 1er cycle de l’enseignement supérieur»
                             

    Sponsors

     

     

    Partenaires

      

     

    Comité d'organisation

    • Luc Bougé
    • Catherine Berrut
    • Gilles Dowek
    • Christine Froidevaux
    • Philippe Marquet
    • Pierre Paradinas
    • Jean-Marc Petit
    • Florence Sèdes
    Le hashtag du jour : #ScienceInfoSUP

  • 22 mars 2019
    La spécialité informatique au bac (NSI) : une immense opportunité pour l’enseignement supérieur !

  • 22 mars 2019
    Journée sur les bonnes pratiques en terme d'égalité femmes-hommes dans les laboratoires d'informatique
    Cette journée est organisée en collaboration avec l’INRIA et l’IRISA et aura lieu le vendredi 29 mars 2019 à Rennes.
    Elle s’articulera autour de présentations des enjeux, et de partages d’expériences sur des actions concrètes implémentées dans les laboratoires. Plus d’informations sur le site https://project.inria.fr/bonnespratiquesegalite/

  • 8 mars 2019
    Les vidéos du congrès 2019 sont en ligne
    Les vidéos du congrès 2019 sont en ligne : Les présentations des orateurs : https://congres.societe-informatique-de-france.fr/programme/ Celles des finalistes du prix de thèse Gilles Kahn : https://congres.societe-informatique-de-france.fr/prix-de-these/ Les discours des membres d'honneur et la remise du prix #ScienceInfoStream : https://congres.societe-informatique-de-france.fr/membres-dhonneur/

  • 7 mars 2019
    La spécialité informatique au bac (NSI) : une immense opportunité pour l'enseignement supérieur !
    Date : mercredi 17 avril, 9h30-17h Lieu : CNAM
    • Amphithéâtre Abbé Grégoire
    • 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris
    Pour assister à cette journée à Paris, inscription gratuite mais obligatoire en cliquant sur ce lien. Une retransmission vidéo en direct de la journée devrait être mise en place. Pour profitez pleinement de la journée, il est bien évident que venir à Paris pour assister à la réunion est préférable ! Les informations techniques seront données quelques jours avant le 17 avril sur ce site. Si vous choisissez de suivre la journée en vidéo, cliquez sur ce lien pour être tenu informé.

    Objectifs de la journée

    L’objectif de cette journée nationale est de rassembler l’ensemble des personnes en charge des formations post-bac qui vont accueillir à la rentrée 2021 des bacheliers ayant suivi  la spécialité Numérique et sciences informatiques (NSI) au lycée. En effet, après la formation commune d'environ 50 heures en classe de seconde, les élèves qui auront choisi cette spécialité en classe de première bénéficieront d'environ 140 heures de formation et ceux qui la conserveront en classe terminale d'environ 200 heures en plus. Ils auront ainsi bénéficié de près de 400 heures de formation en informatique. Il y aura donc une immense diversité dans les parcours de formation, les volumes d'enseignement et aussi dans les projets professionnels des élèves qui vont se présenter aux filières de formation scientifique de l’enseignement supérieur à la rentrée 2021.
    • Adapter l’offre de formation post-bac à cette hétérogénéité inconnue jusqu'à présent.
    • Rendre les filières actuelles de formation  en informatique dans l’enseignement supérieur attractives pour ces élèves déjà bien formés et très motivés par cette discipline.
    • Communiquer sur cette offre de formation et informer les élèves actuellement au lycée, leurs familles, les personnes ayant la charge de les aider dans leurs choix d’orientation.
    • Réfléchir au moyen d’aider les enseignants de NSI à bien préparer leurs élèves à ces nouvelles filières.

    Programme (en cours de finalisation)

    • 9h30 : Accueil

    Matinée : D'aujourd'hui au Bac 2021 : la mise en place de la spécialité NSI

    • 9h45 : Introduction
      • Pierre Paradinas, Président de la SIF
      • Olivier Faron, Administrateur général du CNAM Paris
    • 10h-11h45 : Table ronde, animée par Gilles Dowek
      • Laurent Chéno, Inspecteur Général de l'Éducation Nationale
      • Marc De Falco, Professeur en CPGE et vice-président de l’UPS
      • Alice Ernoult, APMEP
      • Guillaume Herrault, Association Fédérative Nationale des Etudiants Universitaires Scientifiques
      • Francois Lasne, PEEP
      • Charles Poulmaire, Professeur en lycée et association des professeurs d’informatique dans le secondaire
      • Alexandre Vuillermoz, administrateur national de la FCPE
      • APEL

    11h45-13h15 : déjeuner sur place Coin des dédicaces de livres (Gilles Dowek, Fabien Tarissan)

    Après-midi : La rentrée 2021 et au-delà : l'impact de la spécialité NSI dans le supérieur

    • 13h15-14h30 : les attentes de l’industrie et des formations recrutant à Bac+2 ou Bac+3, table ronde animée par Christine Froidevaux
      • Henri d'Aigrain, CIGREF
      • Jean-Marc Ogier, CPU, Président du comité numérique et Président de l’Université de la Rochelle
      • Jean-Louis Roch, directeur de l'ENSIMAG
      • Véronique Torner, Syntec Numérique
      • Christine Verdier, UFR IM2AG à l'Université Grenoble Alpes
      • Représentants -  écoles d'ingénieurs généralistes
    • 14h45-16h30 : les stratégies de réponse des formations recrutant après le Bac, et les attentes de l'industrie, table ronde animée par Luc Bougé
      • Jean Bastianelli, Proviseur du lycée Louis Le Grand, APLCPGE
      • Yves Bertrand, CDUS, Licences
      • François Couraud, DGESIP, coordonnateur du Collège des conseillers scientifiques auprès de la Directrice Générale de l'Enseignement Supérieur et de l'Insertion Professionnelle
      • Joël Courtois, EPITA
      • Frédéric Dufaux, Talents du Numérique
      • Marguerite Fernandez, ACDI IUT (association des chefs des départements IUT informatique)
      • Emmanuel Perrin, CDEFI, responsable du groupe « Réforme du Bac et du 1er cycle de l’enseignement supérieur » 
      • Mickael Prost, UPS
    • 16h30-16h45 : conclusion de la journée

    Qui est concerné ?

    • Responsables du Ministère en charge de la gestion des enseignants et des programmes NSI et post-bac
    • Enseignants NSI de première et terminale
    • Responsables de l’organisation des enseignements dans les lycées
    • Acteurs de l’orientation des élèves au lycée
    • Représentants du secteur industriel de l'informatique
    • Responsables des grandes écoles recrutant sur les concours scientifiques
    • Responsables des parcours universitaires de niveau Master
    • Associations nationales d’établissements supérieurs
    • Acteurs des filières post-bac proposant de l’informatique : licences scientifiques, IUT d’informatique, classes préparatoires scientifiques, écoles d’ingénieurs post-bac, BTS à coloration informatique, etc.
    • Responsables des associations professionnelles d'enseignants
    • Association de parents d’élèves
    • etc.

    Sponsors

     

     

    Partenaires

      

     

    Comité d'organisation

    • Luc Bougé
    • Catherine Berrut
    • Gilles Dowek
    • Christine Froidevaux
    • Philippe Marquet
    • Pierre Paradinas
    • Jean-Marc Petit
    • Florence Sèdes

  • 6 mars 2019
    Le doctorat est maintenant enregistré au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)
    Cet enregistrement du doctorat au RNCP est paru au JO le 6 mars cet enregistrement vise notamment à "favoriser le recrutement des docteurs par les employeurs des secteurs de la production et des services". L’arrêté définit les blocs de compétences communs à tous les docteurs, indépendamment de leur spécialité. C’est un grand pas pour vous dans la reconnaissance professionnelle de votre doctorat. Vous le saviez pas mais vous avez beaucoup de connaissances et de compétences qui intéressent les employeurs des secteurs de la production et des services Le texte complet est disponible sur ce lien : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000038200990 Bloc 1 Conception et élaboration d'une démarche de recherche et développement, d'études et prospective
    • disposer d'une expertise scientifique tant générale que spécifique d'un domaine de recherche et de travail déterminé ;
    • faire le point sur l'état et les limites des savoirs au sein d'un secteur d'activité déterminé, aux échelles locale, nationale et internationale ;
    • identifier et résoudre des problèmes complexes et nouveaux impliquant une pluralité de domaines, en mobilisant les connaissances et les savoir-faire les plus avancés ;
    • identifier les possibilités de ruptures conceptuelles et concevoir des axes d'innovation pour un secteur professionnel ;
    • apporter des contributions novatrices dans le cadre d'échanges de haut niveau, et dans des contextes internationaux ;
    • s'adapter en permanence aux nécessités de recherche et d'innovation au sein d'un secteur professionnel.
    Bloc 2 Mise en œuvre d'une démarche de recherche et développement, d'études et prospective
    • mettre en œuvre les méthodes et les outils de la recherche en lien avec l'innovation ;
    • mettre en œuvre les principes, outils et démarches d'évaluation des coûts et de financement d'une démarche d'innovation ou de R&D ;
    • garantir la validité des travaux ainsi que leur déontologie et leur confidentialité en mettant en œuvre les dispositifs de contrôle adaptés ;
    • gérer les contraintes temporelles des activités d'études, d'innovation ou de R&D ;
    • mettre en œuvre les facteurs d'engagement, de gestion des risques et d'autonomie nécessaire à la finalisation d'un projet R&D, d'études ou d'innovation.
    Bloc 3 Valorisation et transfert des résultats d'une démarche R&D, d'études et prospective
    • mettre en œuvre les problématiques de transfert à des fins d'exploitation et valorisation des résultats ou des produits dans des secteurs économiques ou sociaux ;
    • respecter les règles de propriété intellectuelle ou industrielle liées à un secteur ;
    • respecter les principes de déontologie et d'éthique en relation avec l'intégrité des travaux et les impacts potentiels ;
    • mettre en œuvre l'ensemble des dispositifs de publication à l'échelle internationale permettant de valoriser les savoirs et connaissances nouvelles ;
    • mobiliser les techniques de communication de données en « open data » pour valoriser des démarches et résultats.
    Bloc 4 Veille scientifique et technologique à l'échelle internationale
    • acquérir, synthétiser et analyser les données et informations scientifiques et technologiques d'avant-garde à l'échelle internationale ;
    • disposer d'une compréhension, d'un recul et d'un regard critique sur l'ensemble des informations de pointe disponibles ;
    • dépasser les frontières des données et du savoir disponibles par croisement avec différents champs de la connaissance ou autres secteurs professionnels ;
    • développer des réseaux de coopération scientifiques et professionnels à l'échelle internationale ;
    • disposer de la curiosité, de l'adaptabilité et de l'ouverture nécessaire pour se former et entretenir une culture générale et internationale de haut niveau.
    Bloc 5 Formation et diffusion de la culture scientifique et technique
    • rendre compte et communiquer en plusieurs langues des travaux à caractère scientifique et technologique en direction de publics ou publications différents, à l'écrit comme à l'oral ;
    • enseigner et former des publics diversifiés à des concepts, outils et méthodes avancés ;
    • s'adapter à un public varié pour communiquer et promouvoir des concepts et démarches d'avant-garde.
    Bloc 6 Encadrement d'équipes dédiées à des activités de recherche et développement, d'études et prospective
    • animer et coordonner une équipe dans le cadre de tâches complexes ou interdisciplinaires ;
    • repérer les compétences manquantes au sein d'une équipe et participer au recrutement ou à la sollicitation de prestataires ;
    • construire les démarches nécessaires pour impulser l'esprit d'entrepreneuriat au sein d'une équipe
    • identifier les ressources clés pour une équipe et préparer les évolutions en termes de formation et de développement personnel ;
    • évaluer le travail des personnes et de l'équipe vis à vis des projets et objectifs.
       

  • 6 février 2019
    Un jeu de 7 familles, pour présenter 43 personnalités marquantes de l’Histoire de l’informatique
    Conçu par Interstices, Inria, l’Université de Lorraine, la Société Informatique de France (SIF) et avec le soutien de la Fondation Blaise Pascal, ce « jeu de 7 familles » met en lumière 42 personnalités (+1 joker), démontrant ainsi que l’histoire de l’informatique ne se résume pas à celle des ordinateurs. L’informatique se développe à travers une communauté scientifique qui fait vivre la discipline et interagit avec d’autres. Accessible à tous, gratuit et en ligne sur interstices.info, ce jeu est également un nouvel outil de médiation scientifique.

    Jeu de 7 familles

    Le format « jeu de 7 familles » permet de faire découvrir 42 personnages (+1 joker) pour la plupart inconnus du grand public, et de montrer que l’histoire de l’informatique est aussi celle de la pensée informatique construites par des femmes et des hommes. Chaque famille correspond à un thème scientifique général, et rassemble des personnalités, contemporaines ou non, l’idée étant de montrer qu’il n’y a pas un leader qui fait l’Histoire mais bien une communauté scientifique qui fait vivre une discipline scientifique. De plus, la science informatique interagit avec d’autres disciplines comme la logique, les mathématiques ou encore l’électronique. Elle est formée d’une grande diversité de personnalités, aux parcours variés, auxquelles les jeunes pourront se référer au moment de choisir leur orientation. Au-delà du volet ludique de ce jeu, il permet donc de mieux comprendre comment, et avec qui s’est construit le monde numérique qui nous entoure. La version en ligne est accessible gratuitement pour tout public grâce à la revue en ligne Interstices (https://interstices.info/7familles/), avec une version imprimable au format PDF mais également la possibilité de commander le jeu de cartes imprimé. Cette action s’inscrit dans une démarche globale visant à promouvoir l’informatique en tant que science. À l’heure où l’informatique entre dans de nombreux programmes scolaires, ce jeu est aussi un support pour discuter tant de l’histoire de l’informatique que de ses problèmes scientifiques.   [caption id="attachment_8060" align="aligncenter" width="300"]© Jeu de 7 familles - Triton Mosquito © Jeu de 7 familles - Triton Mosquito[/caption]   Extrait du communiqué de presse conjoint des partenaires du projet

  • 18 janvier 2019
    Où va l’informatique ?

    Cours de Gérard BERRY, Collège de France

    CHAIRE ALGORITHMES, MACHINES ET LANGAGES Questions simples, réponses limpides à suivre au fil des différents cours ( le mercredi de 16h à 17h30) et des séminaires de 17h30 à 19h au Collège de France
    Toutes les informations sur ce lien. Les prochains cours : 23/01/2019 Cours : Où va l’informatique ? 06/02/2019 Cours : Enseigner l’informatique 06/02/2019 Séminaire : Automatisation de la maintenance du noyau de Linux : l’expérience Coccinelle, Julia Lawall, Inria 13/02/2019 Cours : Les aspects scientifiques de la sécurité informatique 13/02/2019 Séminaire : Sécurité numérique – sommes-nous condamnés à une lutte inégale entre le glaive et le bouclier ?, Guillaume Poupard, DirecteurGénéral de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information 20/02/2019 Cours : Retour sur quelques questions de recherche en informatique moins connues du public 20/02/2019 Séminaire : Les enjeux de la recherche publique en informatique, Antoine Petit, Président du CNRS 26/02/2109 Cours : Leçon de clôture de la chaire
    Toutes les informations sur ce lien.

  • 14 janvier 2019
    Congrès SIF 2019 : Les Données - Inscriptions ouvertes
    Le Congrès de la SIF 2019 qui a pour thème "les Données" se déroulera les 6 et 7 février 2019 à Bordeaux. Les inscriptions sont désormais ouvertes (date limite 31 janvier 2019).

  • 7 janvier 2019
    Annonce de Jean-Michel Blanquer de la création d’un CAPES d’informatique

    Paris, le 7 janvier 2019

    Jean-Michel Blanquer a annoncé la création d’un CAPES informatique ce matin au micro de Guillaume Erner sur “L’invité des matins” de ​France Culture​ “Les réformes scolaires au stylo rouge ?” :
    “Nous allons créer un CAPES informatique, c'était quelque chose qui était attendu depuis très longtemps et que l'Éducation nationale ne faisait pas, aujourd'hui nous avons créé la raison d'être de ce CAPES informatique et dans quelques années nous créerons probablement une Agrégation d'informatique, c'est donc dès l'année 2020 un CAPES informatique qui va voir le jour, c'est une nouvelle extrêmement importante. Ça signifie que nous créons une cercle vertueux de la présence de l'enseignement numérique.” La SIF se réjouit de l’annonce de Monsieur le Ministre qui est une décision juste, réaliste et nécessaire au regard des enjeux de la formation de nos jeunes au monde numérique, pour leur donner les clés de compréhension du monde qui les entoure. Après la création d’un enseignement SNT (Sciences Numériques et Technologie) en Seconde générale et technologique, et la création d’une spécialité NSI (Numérique et Sciences informatiques) en 1re et Terminale du lycée général, la Société informatique de France avait identifié la création d’un corps et la formation des professeur.e.s en charge de l’enseignement de l’informatique au collège et au lycée comme une priorité absolue. Cette excellente nouvelle pose de nombreux défis que la SIF aidera à relever : du vivier de futurs candidats à constituer aux formations universitaires à créer pour ce nouveau débouché que constitue le CAPES. La SIF portera également une attention toute particulière à la nécessaire reconnaissance de l’institution pour celles et ceux qui ont porté à bout de bras l’introduction de l’informatique dans le secondaire depuis une dizaine d’années au prix d’un investissement professionnel souvent hors norme. Cette décision politique attendue depuis de nombreuses années permettra à tous les élèves du territoire national, lors des séances d’informatique au collège ou au lycée, d'avoir accès à un enseignement de qualité dispensés par des enseignants bien formés. C’est une grande victoire pour tout l’écosystème informatique et numérique français, mais aussi et surtout pour tous les élèves de la République et la France.
    Le texte du communiqué de la SIF en pdf.
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!